Mali : IBK célèbre ses deux ans au pouvoir lors de la fête nationale

Le Mali célèbre le 55ème anniversaire de son indépendance, ce mardi. Un événement qui coïncide avec les deux ans au pouvoir du Président Ibrahim Boubacar Keïta. A cette occasion, le chef de l’Etat malien a dressé le bilan de ses deux années passées à la tête du pays.

Le Mali est à la fête, ce mardi 22 septembre 2015. En effet, le pays célèbre le 55ème anniversaire de son accession à l’indépendance. A cet occasion, le Président Ibrahim Boubacar Keïta s’est adressé à la nation, ce lundi soir. Cet anniversaire marque également les deux au pouvoir du Président malien qui en a profité pour dresser le bilan de son action à la tête de l’Etat et revenir sur la situation qui prévaut dans le pays.

Ibrahim Boubabar Keïta dresse un bilan positif de ses deux années passées à la tête du Mali tout en admettant qu’il faut poursuivre le processus de réconciliation dans le nord du pays : « Le processus de réconciliation nationale est en cours, mais le chemin sera long, très long. Nous vivons déjà et nous vivrons encore une époque douloureuse, hélas ».

Par ailleurs, pour le Président, le développement économique du Mali passe par « la révolution verte ». Il a annoncé que 15% des dépenses de l’Etat seront désormais consacrées à l’agriculture. Ce mardi, plusieurs centaines de tracteurs doivent être distribués à des agriculteurs maliens.

Un bilan loin d’être positif pour l’opposition

Pour l’opposition, le bilan du chef de l’Etat est loin d’être positif. Soumaïla Cissé, chef de file de l’opposition a fustigé les propos d’Ibrahim Boubacar Keïta lors de son allocution, ce lundi. Pour lui, « de cette date a? nos jours, c’est-a?-dire le 19 septembre 2015, un seul mot résume le bilan du régime actuel, DE?SILLUSION ». La population, de Kayes à Kidal, a été déçue de l’allocution du Président, confesse Soumaïla Cissé. « Elle a été déçue par l’occupation des localités par des groupes armés notamment à Kidal ».

Au sujet de l’accord pour la paix, l’opposition estime que le Président prend la fuite. « La mobilisation de la nation n’est pas suffisante, l’appropriation du processus de paix par les Maliens est insuffisante avec un leadership gouvernemental très faible ». S’agissant du développement économique et social, Soumaïla Cissé précise que le président de la République s’est limite? a? mettre en avant les potentialités du pays dans le domaine agricole. Pour le patron de l’opposition, « IBK fait de la littérature de bas étage ! »

Au Mali, 55 ans après son indépendance, les problèmes persistent : le chômage des jeunes est toujours présent, le pays lutte sans cesse contre la corruption. La paix peine à être rétablie, les attaques perdurent dans le le nord du Mali. Il reste trois ans à Ibrahim Boubacar Keïta pour résoudre les maux du pays avant la prochaine échéance électorale.