Mali : hausse des prix du gaz butane

Mauvaise nouvelle pour les ménages maliens. Les prix subventionnés du gaz butane ont subi une augmentation au Mali. Les autorités de la transition ont décidé de diminuer la part de la subvention accordée par l’Etat à la filière gaz. Pour le gouvernement, cette subvention a au contraire profité aux consommateurs des pays voisins, avec des milliers de bouteilles de gaz qui traverseraient les frontières maliennes.

(De notre correspondant)

Nette augmentation des prix du gaz butane au Mali. En effet, la bouteille de 6 kilos qui était vendu à 2 500 FCFA (3,81 euros) est cédée aujourd’hui à 3 500 FCFA (5,34 euros) sur les marchés. De 1 500 (2,29 euros) à 1 605 FCFA (2,45 euros) pour celle de 2,75 kg. L’augmentation concerne également la bouteille de 12 kg qui est passée de 9 000 (13,72 euros) à 11 000 FCFA (16,77 euros). Cette hausse s’explique par la décision du gouvernement transitoire du Mali de mettre fin aux subventions accordées aux différents acteurs de la filière gaz. C’est donc la fin de dix ans d’une politique dont l’objectif premier était d’inciter la population à substituer ce produit subventionné au bois énergie, dont la consommation est l’une des principales causes de la désertification et de la dégradation de l’environnement au Mali.

Durant cette décennie, le volume de la consommation du gaz butane subventionné à hauteur de 60% par le gouvernement est passé de 1 800 tonnes, à plus de 10 mille tonnes par an. Une augmentation liée à la subvention du gouvernement qui est passée de 450 millions de FCFA à 6,586 milliards de FCFA pendant cette même période. En dépit de cette hausse, les prix du gaz butane restent inférieurs à ceux en vigueur dans les pays de la sous-région, note le communiqué publié par le ministère du Commerce et de l’Industrie et celui de l’Economie, des Finances et du Budget.

Selon les autorités, le bas niveau du prix de ce produit au Mali profite aujourd’hui beaucoup plus aux consommateurs de pays voisins avec des milliers de bouteilles de gaz frauduleusement exportées. Un secteur gazier qui continuera de bénéficier de toute l’attention du gouvernement à en croire les responsables du département du Commerce et de l’industrie et celui de l’Economie et des finances.

Lire aussi :

 Pénurie, inflation, épidémie de choléra, le Nord-Mali est en crise