Mali : Gao lutte contre l’insécurité

La ville de Gao au Mali poursuit sa lutte contre l’insécurité. Des mesures ont été prises comme l’opération d’ «identification de tous les véhicules» lancée le 1er février, visant à déjouer toute attaque.

Ce week-end la commune de Talataye, région de Gao, a été la cible d’une attaque djihadiste contre des civils. Le MSA, un groupe armé qui faisait partie du processus de paix s’est indigné et rapporte que trois djihadistes ont été tués et quatre autres arrêtés. Ces djihadistes sont soupçonnés de faire partie du camp d’Adnan Abu Walid al-Sahraoui, chef des troupes de l’Etat Islamique qui se trouve dans le grand Sahel.

Gao fait partie des régions qui font trop régulièrement face à ce genre d’attaques qui terrorisent la population. C’est pourquoi les jeunes civils tentent de restaurer la paix dans ces régions en mettant en place des mesures de sécurité avec le soutien de la population.

Des mesures efficaces ?

Le recensement des véhicules qui a été lancé depuis le début du mois de février par la société civile de Gao, avec la douane, la police et les forces armées de sécurité semble une mesure salutaire, d’autant qu’elle vise à rendre la vie des citoyens plus paisible. Elle permet de relever les immatriculations des véhicules et de connaître leurs propriétaires. Cela permet d’identifier les nouveau venus dans la ville et parer à toute éventualité.

La ville de Gao est connue pour abriter des milliers de voitures immatriculées dans différents pays étrangers, comme la Libye, le Togo ou l’Algérie. De plus, il n’existe pas de registre de ces véhicules qui circulent dans la ville. Après les voitures, les motocycles feront l’objet de contrôles strictes, dans les jours à venir. D’ailleurs, elles sont interdites de circuler à partir de 23 heures jusqu’à six heures du matin. Une mesure prise par le maire de Gao qui est d’avis que cette mesure pourrait réduire l’insécurité dans la ville.