Mali : des rebelles touaregs déposent les armes

Plus de 500 rebelles touaregs, de l’Alliance démocratique du 23 mai pour le changement essentiellement, ont rendu les armes, ce mardi, à Kidal, au nord du Mali. La hache de guerre est-elle définitivement enterrée. Les touaregs seront-ils désormais mieux considérés dans la société malienne ? Tout porte à l’espérer au regard de la volonté affichée par le gouvernement et les anciens rebelles.

Les rebelles de l’Alliance démocratique du 23 mai pour le changement qui se sont rendus, mardi, à Kidal, et ont déposé les armes, sont résolument décidés à intégrer le processus de paix, conformément à l’accord signé à Alger en juillet 2008. Une partie minime de ces rebelles viennent de la faction d’Ibrahim Ag Bahanga, qui s’est montrée moins ouverte aux négociations et dont l’armée a pris plusieurs bases pour cibles en janvier.

Depuis le début du conflit, il y a plus de trois années, plusieurs morts sont à déplorer dans les deux camps. Le gouvernement malien n’a cessé de déployer des efforts en vue du règlement définitif de la crise. Et l’Algérie a intercédé en faveur d’une solution arrangeant les deux parties en conflit.

L’ambassadeur d’Algérie à Bamako, Abdelkrim Ghrieb, et le ministre malien de l’Administration territoriale et des Collectivités locales, le général Kafougouna Koné, qui ont pris part à cet important évènement, se sont félicités de l’ouverture de cette nouvelle perspective de paix, non seulement pour le Mali mais aussi pour toute la région du Sahel. Une région devenue ces derniers temps un terre privilégiée pour les des narcotrafiquants. L’ambassadeur d’Algérie à Bamako estime qu’«aujourd’hui un nouveau pas décisif sur le chemin de la concrétisation des engagements que nous avons solidement souscrits dans le cadre de l’accord d’Alger a été enregistré. Cet acte est également la traduction de la volonté inébranlable de mon pays, l’Algérie, et de son président qui n’a ménagé aucun effort pour aider le peuple frère du Mali à retrouver le chemin de la paix, de la stabilité et du développement». Il a joué un rôle moteur dans les tractations entre les deux parties.

Avec la pacification du nord du Mali, un grand chapitre s’ouvre quant à l’avenir des différents réseaux maffieux qui y végètent et auxquels s’adjoint le terrorisme qui se nourrit du paupérisme. Le gouvernement malien a même parlé récemment de la connivence des touaregs avec le GSPC (groupes salafistes pour la prédication et le combat) qui a prêté allégeance à la nébuleuse Al Qaida.

On ignore combien de rebelles restent actifs dans le Nord du Mali.

Lire aussi:

 Les Touaregs du Mali posent 5 conditions à un accord de paix

 ATT appelle les mouvements touaregs du Nord du Mali à la paix

 Qu’attendent les Touaregs des gouvernements du Mali et du Niger ?