Mali : coup de théâtre, le « chameau présidentiel » a été volé

Lors de son voyage au Mali, le 2 février, François Hollande s’est vu offrir un chameau en guise de cadeau de bienvenue et de remerciement. Il se trouve que le surnommé « chameau présidentiel » aurait été volé à son propriétaire malien qui avait fui sa maison bombardée à Tombouctou par l’armée française au moment de son offensive contre les jihadistes.

Imbroglio autour du « chameau présidentiel ». Selon le site britannique Daily Mail, le chameau présidentiel dont François Hollande a hérité en guise de remerciement, aurait été volé à un paysan malien dont la maison a été bombardée par l’armée française lors de son offensive contre les islamistes.

Depuis, le cadeau de bienvenu du président français ne cesse de susciter la polémique sur les réseaux sociaux, au Mali comme en Afrique. Certaines voix se lèvent pour que Paris restitue le chameau. Les internautes en viennent même à parler de poursuite, en cas de non remise de l’animal à son propriétaire.

Ce dernier, vivrait maintenant dans un camp de réfugiés d’Ambra, près de la frontière avec la Mauritanie.

Hollande à chameau

Le samedi 2 février, François Hollande a été accueilli comme il se devait, comme un libérateur. Il a même eu droit à un bain de foule à Tombouctou, ville sainte et ancien fief d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

L’occupant actuel de l’Elysée, dont le nom a été scandé par les Maliens en liesse, s’est vu offrir un cadeau atypique : « A son arrivée dans la ville de Tombouctou, après avoir salué des soldats maliens et français, et après avoir écouté des chants traditionnels en son honneur, le président de la République s’est vu offrir un chameau », rapportait LeParisien.fr.

Une offrande qui avait enchanté le président français. « Je m’en servirai autant que possible comme moyen de transport », avait-il déclaré.

L’Elysée dans l’embarras

Si François Hollande voulait utiliser ce chameau comme moyen de transport, le ton a changé suite à cette polémique.

« L’Elysée a eu en effet vent de l’affaire du rapt. Et même si le Palais la croit infondée, pas question de prendre le risque d’accepter le bien d’un autre… sans pour autant vexer les autorités maliennes. Aux dernières nouvelles, le fameux chameau ne quittera donc pas le sol africain », souligne LePoint.fr.

Selon la presse hexagonale, le président français a finalement décidé d’offrir son cadeau à un paysan malien. On ne sait pas encore s’il s’agit de l’homme dont l’animal a été dérobé. A suivre…