Mali : attaque meurtrière contre un convoi militaire au nord

Les attaques contre les convois militaires se multiplient au nord du Mali. Ce lundi, des tirs ont visé l’armée malienne, près de Tombouctou, faisant neuf morts et dix blessés. Cette attaque meurtrière a été revendiquée par les groupes rebelles de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA).

A quatre jours de la signature d’un accord de paix pour le nord du Mali, un convoi militaire a été pris pour cible par les groupes rebelles de la Coordination des mouvements de l’Azawad, près de la ville de Tombouctou. On compte neuf morts et dix blessés dans les rangs de l’armée malienne. Une attaque qui risque de remettre en question la signature de l’accord de paix, prévue le 15 mai prochain.

L’attaque a visé une colonne de huit véhicules de l’armée malienne, entre Goundam et Tombouctou. Les assaillants qui ont immédiatement revendiqué l’attaque, affirment avoir emporté quatre véhicules et tué de nombreux soldats. L’armée a confirmé le décès de neuf soldats.

Immédiatement après l’attaque, la mission des Nations Unies dans le pays (MINUSMA), a été sollicitée afin d’évacuer les blessés vers la capitale, Bamako. La MINUSMA a par ailleurs fermement condamné cette attaque qui « constitue une violation du cessez-le-feu censé s’appliquer jusqu’à la signature d’un accord de paix. Cette attaque intervient quelques jours après que des rebelles aient pris pour cible un camp militaire de l’armée malienne à Tenekou, dans la région de Mopti, au centre du pays. Une attaque qui a coûté la vie à 10 rebelles et un militaire malien.

En outre, un nouveau groupe armé d’auto-défense a été créé à Tombouctou. Il s’agit d’un mouvement communautaire arabe pro-malien baptisé l’Alliance pour la paix et l’unité nationale, afin de protéger au mieux la population victime d’attaques.