Mali : Ansar Dine et le Macina revendiquent à leur tour les attentats de Bamako

Après avoir été revendiqués par le groupe armé al-Maraboutine de l’Algérien Mocktar Belmocktar, les attentats de Bamako, à l’hôtel Radisson, qui ont fait 19 morts, auraient d’autres auteurs. Les groupes armés Ansar Dine et le Macina affirment en effet avoir été à l’origine de ces attaques meurtrières.

Quels sont les véritables auteurs des attentats de Bamako à l’hôtel Radisson ? La question est ouverte puisque l’attaque avait d’abord été revendiquée par le groupe armé al-Mourabitoune de l’Algérien Mocktar Belmocktar, avant que ce dernier ne décide de retirer sa revendication dans un enregistrement sonore en arabe diffusé dimanche soir par la chaîne de télévision Al-Jazeera, et repris par le site mauritanien al-Akhbar, assurant que les assaillants étaient uniquement au nombre de deux et laissant entendre qu’ils étaient Maliens.

Maintenant, c’est au tour des groupes terroristes Ansar Dine et le Front de libération du Macina (FLM) d’affirmer d’être à l’origine de l’attaque du Radisson. Les deux groupes auraient travaillé de concert pour mener l’attaque, affirmant qu’en plus des deux assaillants tués, trois ont pu s’échapper lors de l’assaut des forces spéciales maliennes, accompagnées des forces spéciales françaises.

« Le Front de libération du Macina (FLM) revendique l’attaque qui a visé le Radisson à Bamako avec la collaboration d’Ansar Dine », selon le communiqué envoyé à Bamako, signé Ali Hamma, porte-parole du FLM, apparu au début de l’année et dirigé par le prédicateur radical peulh Amadou Koufa. Selon le prote-parole du groupe armé, « cette attaque est venue comme une réaction contre les attaques des forces françaises de l’opération Barkhane qui visent certains éléments du Front et Ansar Dine à l’aide de l’armée malienne et le soutien de certains pays occidentaux ».

Le groupe Ansar Dine a été fondé par Yad ag Ghaly, toujours recherché par les autorités maliennes. Le groupe armé a participé à la prise du nord-Mali avec d’autres groupes terroristes, en mars 2012. Concernant le Front de libération du Macina, on sait encore peu de choses sur ce groupe armé qui est encore récent. Le chef du groupe terroriste a pour but de restaurer le califat de Macina, un empire peulh du XIXème siècle. Il est considéré comme très proche du touareg Iyad Ag Ghali, avec qui il aurait contribué à l’implantation de la secte Dawa, d’obédience pakistanaise, sur le territoire malien, il y a une dizaine d’années. Date à laquelle les mouvements terroristes ont commencé à étendre leurs tentacules notamment dans le Nord-Mali.