Mali : à la recherche des Bérets rouges disparus

Depuis début décembre 2013, plusieurs corps soupçonnés d’être ceux des militaires disparus ont été retrouvés dans des fosses communes, dans les zones proches de Kati, ex-fief d’Amadou Sanogo, qui a renversé Amadou Toumani Touré. Le meneur du coup d’Etat et ses hommes sont soupçonnées d’être à l’origine de la disparition de ces soldats. Les autorités sont toujours à la recherche d’autres dépouilles.

Depuis début décembre 2013, des corps de militaires sont régulièrement retrouvés dans des fosses communes, dans des zones proches de Kati, ancien fief d’Amadou Sanogo, auteur du coup d’Etat en mars 2012, qui a plongé le Mali dans une grave crise. Ces dépouilles seraient ceux des soldats disparus. Le putschiste et ses hommes sont soupçonnés d’être à l’origine de la disparition de leurs frères d’armes, surnommés les Bérets rouges, qui avaient porté allégeance au Président déchu. Amadou Sanogo, ainsi que plusieurs militaires ont été interpellés, puis inculpés pour complicité d’assassinat. Ils sont incarcérés depuis novembre 2013, en attendant leur jugement.

Les autorités sont toujours à la recherche de nouvelles dépouilles. Pas plus tard que dans la nuit de samedi à dimanche, « les enquêteurs ont retrouvé dans un puits de Kati, le corps d’un militaire, ainsi que ses galons de colonel. Le corps était en décomposition », a affirmé à l’AFP une source judiciaire sous couvert d’anonymat. Information confirmée par un proche du juge malien Yaya Karembé, chargé de l’instruction sur la disparition des Bérets rouges. « Le corps a été retrouvé dans un puits profond de 50 mètres. Ce sont des militaires arrêtés dans le cadre des enquêtes qui ont indiqué l’endroit aux enquêteurs », selon ce proche du juge Karembé, qui était sur le terrain lors de la découverte macabre, rapporte l’AFP. « La maison où le corps a été retrouvé appartient à un important membre de l’ex-junte militaire », explique-t-il.

Les familles de ces soldats disparus attendent impatiemment que justice soit faite.