Mâle attitude, les bonnes habitudes du rasage !

Selon la déclaration universelle des droits de l’Homme, les hommes « seraient » tous égaux ! Dans l’absolu c’est sûr. Cependant, je suis certaine que vous, hommes à la peau colorée, conviendrez que devant le rite quotidien du rasage, pour paraphraser un humoriste célèbre, vous êtes « un peu moins égaux que les autres ». Nombre d’hommes d’ascendance africaine voient au fil des matins leur rasoir se révéler être un objet de torture. Un allié, qui après avoir attesté à l’adolescence de leur virilité naissante au monde entier, s’est vite transformé en un ennemi féroce aux assauts récidivistes.

Vous avez remporté quelques batailles. Durant les vacances, certains ont « laissé reposer leur peau », en portant la barbe quelques temps. D’autres se sont carrément rebellés, l’arborant régulièrement en faisant fi des réflexions. Tout compte fait, il vaut mieux affronter occasionnellement les foudres des défenseurs d’une certaine esthétique plutôt que de subir seul quotidiennement le « feu » torride du rasoir ! Le rasage à ce prix-là est bien trop barbant ! Maintenant que l’ennemi est nommé, analysons son mode d’attaque, pour définir une contre-attaque ou tout au moins réussir à le contrer. Les problèmes ne survenant que pour nous permettre de les résoudre, « aux armes citoyens ! » En premier lieu il faut comprendre pourquoi, avec la régularité du rasage, vous ressentez d’abord de l’inconfort, qu’ensuite votre peau est de plus en plus sensibilisée, que les poils s’incarnent au lieu de pointer vers l’extérieur, que viennent se rajouter infection et réaction inflammatoire et qu’enfin apparaissent des taches brun-noir résiduelles de cicatrisation dans la région de la barbe.

Qu’est-ce qu’une folliculite et qu’appelle-t-on pseudo-folliculite de la barbe ?

La structure des poils caractérise bien plus distinctement l’individu que la couleur de sa peau. On répertorie quatre grands types de poil : droit, ondulant, hélicoïdal et en spirale. Les poils des personnes de type négroïde sont elliptiques avec une section ovale, d’où la frisure voire l’apparence crépue. Les follicules pileux sont très incurvés. Les Asiatiques eux, ont des poils droits avec une section ronde dans des follicules pileux pratiquement verticaux. Les Européens de race blanche se situent dans l’entre-deux. Les folliculites sont des infections superficielles des follicules pileux dues le plus souvent au staphylocoque. Elles se caractérisent par des papules : petites lésions rouges circonscrites, en relief, solides, qui ne renferment ni sérosité, ni pus. Les papules sont surmontées de petites pustules : lésions en relief de coloration blanc laiteux qui contiennent du pus. Nos poils très fortement frisés, voire même crépus avec leur section ovale dans des follicules très incurvés, sont sectionnés en biais au rasage. Ils sont ainsi « aiguisés » et s’incarnent facilement, déclenchant au niveau du derme une réaction à un corps étranger : une inflammation qui s’apparente à de l’acné. De petits fragments de poils restent « prisonniers » de la peau. Au prochain passage, la lame va trancher le sommet de la tige recourbée et incarnée.

Ensuite, survient l’inflammation, souvent importante et prolongée, due aux nombreuses inclusions mais aussi à l’éparpillement de multiples fragments restants des tiges pilaires. Les lésions entraînent l’hyperpigmentation de la zone. Enfin, surviennent des cicatrices importantes, parfois des chéloïdes (cicatrices hypertrophiques très caractéristiques de la peau noire). C’est la structure même de nos poils qui induit ce que les spécialistes appellent la pseudo-folliculite de la barbe dont la gravité varie d’une gêne modérée à un préjudice esthétique sévère. Notre propos s’attache à la barbe, mais je vois les adeptes invétérées de l’usage du rasoir pour les aisselles et le maillot, se reconnaître dans ce chapitre ! La pseudo-folliculite de la barbe n’est pas en soit une fatalité. Il existe des solutions palliatives et des méthodes pour en limiter l’apparition. Il s’agit avant tout d’une réaction à un phénomène mécanique. Alors changez « courageusement » vos habitudes. Appropriez-vous des gestes qui vous sont mieux adaptés. Une peau exfoliée régulièrement et parfaitement hydratée avec formule non grasse (oil-free) et non comédogène, a moins tendance à emprisonner les poils. Pour une exfoliation quotidienne, aucune excuse n’est recevable ! Une seule concession : le choix du moment. Le soir si vous préférez vous raser le matin ou inversement. Le bon geste de nettoyage est essentiel pour la qualité et la douceur de votre peau.

Vive les bonnes habitudes !

Pour un rasage traditionnel, utilisez une mousse antiseptique non comédogène et proscrivez tous les après-rasages alcoolisés qui sont de fait photosensibilisants et favorisent l’hyperpigmentation, donc les taches. Préférez-leur une émulsion fluide cicatrisante, antiseptique, hydratante et calmante. L’usage du rasoir électrique et des tondeuses est particulièrement indiqué. Leur action est bien moins irritante. De nombreuses marques en proposent. Ne vous contentez pas des réponses négatives dans les grands magasins, hypermarchés, chaînes de parfumeries, parapharmacies ou que sais-je ! Soyez des clients exigeants ! Demandez, demandez et demandez encore. Parlez aux responsables des magasins. Définissez vos besoins en tant que consommateurs, expliquez-les. Si vous ne les définissez jamais avec l’argumentation qui convient, vos nécessités resteront toujours insatisfaites. Les autres groupes ethniques ne sont pas forcément sensibilisés aux faits !

S’il faut proscrire l’épilation chimique avec les crèmes dépilatoires conçues pour les jambes, les aisselles ou les maillots car leurs formulations sont trop irritantes pour la peau fragile du visage, surtout en usage fréquent ; l’épilation à la cire par des professionnels qualifiés est une excellente alternative pour ceux qui ont des poils qui ne sont pas trop « coriaces » . Vos grimaces et vos réticences n’auront pas grâce à mes yeux. Les femmes s’épilent bien la lèvre supérieure et d’autres parties très sensibles du corps. Croyez-en mon expérience, je n’ai jamais entendu dire que l’une d’entre elles ait été admise aux urgences suite à une épilation à la cire. Il existe maintenant des cires tièdes parfaitement étudiées pour un usage sur le visage. L’avantage essentiel et exclusif de l’épilation à la cire est que les poils sont « déracinés » au niveau du bulbe, ce qui en ralentit la vigueur, effet inverse et notoire comparativement au rasage qui accentue la repousse puisque le poil est tranché ! Si vous complétez votre épilation à la cire par l’utilisation de produits qui « freinent » la repousse vous pourrez espacer vos épilations et vous aurez des poils plus « dociles ». Ne vous faites pas plus fragiles que vous ne l’êtes! Là-aussi, poussez les portes des instituts et définissez vos besoins !