Magic Olumide Oyedeji !

Le pivot nigérian Olumide Oyedeji rejoint les Orlando Magic. Après avoir réchauffé pendant deux ans le banc à Seattle, il séduit le club NBA de Floride par son jeu et ses qualités athlétiques. Un contrat d’un an pour remettre la jeune star africaine sur les rails.

Après deux ans de petits et loyaux services aux Sonics de Seattle, le pivot nigérian Olumide Oyedeji a rejoint les rangs des Orlando Magic. Le club de Floride, séduit par ses capacités et son potentiel, lui offre un nouveau départ en NBA (National Basket-ball association), la prestigieuse ligue américaine de basket. Un contrat d’un an de près de 500 000 dollars. Il épaulera le grand mais vieillissant Patrick Ewing pour maîtriser les raquettes du championnat.

 » Il va avoir l’opportunité de développer les forces qu’il possède déjà : la combativité, le rebond et le contre « , commente John Gabriel, le président des Orlando Magic.  » Nous en avons assez vu (…) pour réaliser qu’il méritait une chance « . Avec ses 2,2 rebonds et 1,5 point par match avec les Sonics la saison passée, l’enfant d’Ibadan (mégalopole nigériane) ne brillait pas par ses statistiques. Mais au regard de son faible temps de jeu par match (6 minutes), les talents du jeune intérieur africain étaient largement sous-exploités. Il faut dire que du haut de ses deux mètres huit, pour 115 kg,  » Big O « , comme on le surnomme, dispose déjà de solides épaules pour imposer son physique sous les panneaux.

A 16 ans chez les pros

A 21 ans à peine, Olumide a déjà 5 ans chez les pros derrière lui. C’est au Dynamo de Moscou en 1997 qu’il commence à faire ses premières armes au plus haut niveau. Le club moscovite lui avait même proposé un contrat d’un million de dollars sur quatre ans pour le garder sous ses couleurs. A la Russie, il préfèrera l’Allemagne. Pays où il connaîtra l’apogée en étant sacré meilleur joueur du All Stars en 2000. Seattle a tôt fait de le remarquer. Son aventure américaine commence. La cour des grands, la NBA.

Parallèlement à sa carrière professionnelle, Olumidé joue également pour son pays depuis plus de quatre ans. Le jeune international est d’ailleurs vice-champion d’Afrique 1999 avec le Nigeria après la défaite en finale contre l’Angola. Dunker (smatch au panier) invétéré, Big O, martyrise les arceaux d’ici et d’ailleurs. Le sens du panneau réduit à sa plus efficace expression. A l’heure où le grand Hakeem Olajuwon, le mythique pivot nigérian des Houston Rockets (meilleur joueur de la NBA en 1993-94, élu en 1996 comme l’un des 50 meilleurs joueurs de toute l’histoire de la ligue) est sur le départ, Olumidé est encore loin de supporter la comparaison. Mais la petite étoile ne demande qu’à briller.