Maghreb: PIB cumulé de plus de 303 milliards de dollars en 2007

La région du Maghreb, qui compte une population de quelque 83 millions d’habitants, a réalisé en 2007 un Produit Intérieur Brut (PIB) cumulé de plus de 303 milliards de dollars, soit environ 3.650 de dollars par habitant.

L’Union du Maghreb Arabe (UMA), qui regroupe le Maroc, l’Algérie, la Libye, la Tunisie et la Mauritanie, a enregistré au terme de cette année, un taux moyen de croissance d’environ 4,30% et ses réserves en devise ont totalisé quelque 220 milliards de dollars, a souligné le gouverneur la Banque centrale marocaine, Abdellatif Jouahri, cité jeudi par la presse locale.

Il a, en outre, noté que le taux d’inflation s’est établi à 6,10% malgré la dynamique économique qu’a connue la région au cours des récentes années.

Au-delà de l’inflation, le chômage demeure l’une des grandes préoccupations des responsables maghrébins, a-t-il précisé, rappelant que le taux de chômage moyen du Maroc, de l’Algérie et de la Tunisie a été de 11,30% en 2007.

Quant au commerce inter-maghrébin, M. Jouhari a indiqué qu’il a représenté environ 5 milliards de dollars à prix courants en 2006, alors qu’au cours de cette année, le commerce des cinq pays de l’UMA avec le reste du monde a avoisiné 192 milliards, déplorant que la part maghrébine n’ait représenté que 2,6% du total des échanges avec le reste du monde.

Par ailleurs, il s’est félicité de l’essor que connaissent les marchés des capitaux au Maroc et en Tunisie, précisant que la Bourse de Casablanca, avec une capitalisation équivalente à 97% du PIB, est de loin la plus grande place de la région.

M. Jouahri s’est également félicité du progrès réalisé par le secteur du micro-crédit, indiquant que le montant des prêts consentis par ces institutions est d’environ 750 millions de dollars et dessert plus de 1,5 million de bénéficiaires.

l’UMA, organisation sous-régionale créée en février 1989, est handicapée à cause du différend entre le Maroc et l’Algérie à propos du Sahara occidental. Rabat accuse Alger d’accueillir et de soutenir le Front Polisario qui revendique l’indépendance de cette ancienne colonie espagnole, sous contrôle du royaume alaouite depuis 1975.