Madagascar : Hery Rajaonarimampianina Président

L’ancien ministre des Finances Hery Rajaonarimampianina est le nouveau président de Madagascar. Soutenu par le président sortant Andry Rajoelina, il a remporté le second tour de la présidentielle avec 53,50% des voix, contre 46,50% à Jean-Louis Robinson.

Soutenu par le président sortant Andry Rajoelina, Hery Rajaonarimampianina est le nouveau président de Madagascar. Il a obtenu 53,50% des voix, contre 46,50% à Jean-Louis Robinson, qui était soutenu par le président déchu Marc Ravalomanana, exilé en Afrique du Sud. Les résultats du scrutin ont été annoncés ce vendredi matin par la commission électorale.

Agé de 55 ans, Hery Rajaonarimampianina, ancien ministre des Finances, va devoir faire face à de multiples défis. Son élection est censée permettre à la grande île de sortir de la profonde crise dans laquelle elle est engluée depuis de nombreuses années. Il va devoir trouver le moyen de faire revenir les bailleurs de fonds, principaux pourvoyeurs de l’île, et lutter contre la pauvreté. Selon le dernier rapport de la Banque mondiale, près de 92% des Malgaches vivent en dessous du seuil de pauvreté, soit avec moins de 2 dollars par jour.

Priorité dans la lutte contre la pauvreté

Lors d’une interview exclusive accordée à Afrik.com, quelques semaines avant son élection à la tête du pays, Hery Rajaonarimampianina s’est dit confiant pour l’avenir de son pays, soulignant que sa première ambition sera de lutter contre la pauvreté. « Je veux mettre en place une politique de développement durable et une politique économique inclusive, qui prend en compte toutes les forces vives du pays, car elles doivent participer au redressement du pays », avait-il déclaré.

Selon lui, il est aussi primordiale de « réinstaurer la confiance entre les dirigeants et le peuple malgache ». Sans compter qu’il faut également d’après lui « réinstaurer l’autorité de l’Etat qui fait défaut depuis de nombreuses années à Madagascar », ajoutant qu’il faut aussi « mettre en place une justice impartiale à Madagascar et lutter contre la corruption, ainsi que promouvoir un développement harmonieux de toutes les régions de Madagascar ». Des promesses que les Malgaches fatigués par leurs rudes conditions de vie veulent rapidement voir en application.