Macron a-t-il recruté le réalisateur marocain du film « Algérie mon amour » pour attaquer Alger ?

Emmanuel Macron et Abdelmadjid Tebboune (05 oct 21)
Emmanuel Macron et Abdelmadjid Tebboune

Le Président français, Emmanuel Macron, est accusé de s’être offert les services d’un journaliste marocain, spécialisé en sport, pour s’en prendre politiquement à l’Algérie. Le journaliste en question serait le réalisateur du films documentaire « Algérie mon amour », qui avait bouleversé les relations entre Alger et Paris.

Depuis quelques jours, c’est l’escalade entre la France et l’Algérie. Après la sortie du chef de l’Etat français, Emmanuel Macron, s’attaquant aux dirigeants algériens, l’Algérie a apporté la réplique. En effet, Alger a non seulement rappelé son ambassadeur à Paris, mais a aussi interdit son espace aérien aux avions militaires de la force française Barkhane.

A l’origine de cette décision d’Alger, des propos tenus par le Président français, Emmanuel Macron, qui ne seraient pas du tout fortuits, encore moins accidentels. C’est du moins ce qu’on pense du côté de l’Algérie, où la presse est revenue bien en détails sur la stratégie qu’aurait élaborée l’Hexagone avant d’enclencher cette violente attaque contre Alger.

« Les propos inacceptables, tenus par le Président français, jeudi 30 septembre, et rapportés en exclusivité par Le Monde, samedi 2 octobre, contre un « système politico-militaire » algérien « fatigué », ne sont ni un faux pas ni une sortie de piste, mais une opération de Com’ cousue de toutes pièces. Le support médiatique, le nom du journaliste et la virulence du propos ont été soigneusement sélectionnés et ajustés de manière à toucher le cœur de la cible « Algérie », a indiqué le journal algérien L’Expression.

Mustapha Kessous, un habitué des faits ?

« L’article paru dans l’édition du 4 octobre, en page 6, portait la signature de Mustapha Kessous. Il a été le seul journaliste à être convié à cette rencontre. Passons sur l’origine marocaine de notre confrère du quotidien Le Monde, on s’interrogera sur ce choix : pourquoi opter pour un journaliste plutôt spécialisé dans les grands événements sportifs. Kessous a écrit différents ouvrages sur les Jeux olympiques, le tour de France et la Coupe du monde de football », poursuit le journal.

« Le Monde manque-t-il de journalistes spécialisés dans la chose politique, voire même diplomatique pour confier « le job » à un « sportif »? Mais il y a un détail important: Mustapha Kessous a été le réalisateur du fameux documentaire sur le Hirak « Algérie mon amour » diffusé sur France 5 et LCI, le 26 mai 2020. Le documentaire en question a été à l’origine d’une brouille diplomatique et l’Algérie a décidé, le 27 mai 2020, de rappeler « immédiatement » pour consultations son ambassadeur en France », rappelle le média algérien.

« C’est donc un « spécialiste » de la brouille diplomatique » entre Alger et Paris que l’Elysée a convié à cette rencontre avec des enfants descendants des protagonistes de la guerre d’Algérie où tout était présent, sauf l’innocence… », a conclu L’Expression, qui en remet une nouvelle couche sur des relations actuelles déjà heurtées entre l’Algérie et la France.

A lire : Le film-documentaire « Algérie, mon amour » mal digéré par les Algériens