« Ma mère mourrait si elle apprenait que je ne suis pas vierge »

Celya* est Française d’origine algérienne. En couple depuis deux ans, cette jeune femme de 23 ans a décidé de faire une hyménoplastie, avec le soutien de son futur mari. Pour elle, c’était la solution idéale « pour que tout le monde ait ce qu’il veut ». Témoignage.

« Je suis fiancée et je me marie dans très peu de temps. La virginité, c’est quelque chose d’important dans notre culture. C’est la vie de la fille qui est en jeu et, si elle la perd, elle a quasiment foutu sa vie en l’air parce qu’on la résume à ce bout de membrane. Cette importance de l’hymen, on me l’a inculquée. Je suis attachée à la tradition, mais ça s’est tout de même produit.

Ma mère m’a menacé qu’elle mourrait si elle apprenait que je n’étais pas vierge. Comme je suis très attachée à mes parents et que je voulais éviter un scandale familial, j’ai pensé à plusieurs astuces pour « réparer » mon erreur. Je me suis dis : « C’est simple, soit je prends un appart’, je quitte le cocon familial, je tire un trait sur ma famille et je reviens plus tard comme les autres qui ont « gaffé » – soit j’assume et c’est le scandale assuré ».

« Seule, je ne sais pas si je l’aurais fait »

A un moment, j’ai pensé à ce que mon fiancé vienne demander ma main. Je me suis dit que ça résoudrait le problème. Mais je n’avais pas envie qu’on se marie par rapport à ma membrane. Ça aurait été un mariage triste. Avec mon fiancé, on a décidé que j’allais faire une hyménoplastie. Mais, avant, je me suis posée pas mal de questions sur moi, sur ma famille, sur cette membrane. Je n’aurais jamais imaginé me retrouver dans cette situation…

Mon fiancé a négocié le prix et a pu obtenir une opération à 2 100 euros contre 2 500 euros au départ. Comme c’est lui qui a mis son petit machin, c’est lui qui a tout financé ! (rires) Ça coûte entre 300 et 400 euros à l’hôpital, mais ce n’est pas la même technique, c’est un peu plus grossier. Et puis l’ambiance aurait été lourde et j’aurais couru le risque d’être jugée.

J’ai été opérée en février à la Clinique Haussmann de Paris. Mon fiancé m’a accompagnée. Seule, je ne sais pas si j’aurais eu le courage de le faire. Je suis ressortie une heure après l’opération et on a été manger au restaurant avant de reprendre le train.

« Sereine parce que rien à me reprocher »

Je vais bientôt obtenir un certificat de virginité, histoire d’avoir un papier officiel et d’avoir la paix. En faisant l’opération, j’ai l’impression d’avoir trouvé une feinte pour que tout le monde ait ce qu’il veut. Je ne regrette rien. Je voulais donner ma virginité à l’homme avec qui j’allais partager ma vie, et c’est ce que j’ai fait. Mon chéri, lui, il regrette car il va devoir se tenir à carreau ! Il me disait en rigolant : « Je paie 2 000 euros pour m’abstenir ! » (rires)

Je trouve ce geste (donner sa virginité à un homme qu’on aime, ndlr) très beau, alors en faire quelque chose de polémique, rendre le sujet si sérieux et si grave… Ce qui m’aide et ce qui me permet d’être aussi sereine, c’est que je n’ai rien à me reprocher. J’ai fait ça avec l’homme que j’aime, l’homme de ma vie, avec qui je vis chaque épreuve. Je n’imagine même pas une seconde faire ça (l’amour, ndlr) avec quelqu’un d’autre.

C’est pour ça que j’ai du mal à comprendre certaines filles « légères ». J’ai une amie qui est restée deux ans avec un homme, avec qui ça s’est fini. Elle m’a dit qu’elle allait se faire recoudre pour le bon. Je lui ai demandé ce qu’elle fera si jamais celui-là non plus n’était pas le bon et elle m’a répondu que je ne me rendais pas compte qu’un mec ça demande beaucoup. Mais si l’homme avec qui on est aime plus notre membrane que nous-mêmes, y’a un souci !

« Se marier « halal » et vivre dans le mensonge ? »

Et puis, ce n’est pas la peine de se marier de façon « halal » si c’est pour vivre toute sa vie dans le mensonge. Fonder une relation sur un mensonge, c’est foncer tout droit dans le mur ! Moi, je n’ai pas couché à droite à gauche pour me faire opérer et imposer un mensonge – ce que je trouve lâche et égoïste. Et si demain j’avais une grosse engueulade avec mon fiancé et que mon mariage était annulé, je dirai à mon nouvel ami que j’ai fait une hyménoplastie et pourquoi je l’ai faite.

En tout cas, je n’inculquerai toutes les valeurs qu’on m’a transmises si j’ai une fille. Je lui parlerai de contraception et je lui dirai de ne pas faire ça avec n’importe qui, mais avec quelqu’un qu’elle aime. »

*Son prénom a été changé