M6 : le reportage d’Enquête exclusive en Tunisie fait polémique

capture_d_ecran_2014-10-16_a_16.32.41.png

Le numéro d’Enquête exclusive consacré au « trésor caché du dictateur » Ben Ali ne passe pas dans le pays. Les critiques contre le présentateur Bernard de La Villardière vont bon train…

Le numéro d’Enquête exclusive diffusé dimanche 12 octobre sur la chaîne française M6 et consacré à la Tunisie est loin de faire l’unanimité chez les téléspectateurs du pays. Quatre jours après sa diffusion, les pages Facebook de la chaîne privée et du présentateur Bernard de La Villardière continuent d’être prises d’assaut par des téléspectateurs tunisiens en colère. La raison ? Ce reportage, nommé  » Tunisie : le trésor caché du dictateur « , diffusé en pleine période électorale, est jugé complaisant à l’égard du Président Moncef Marzouki.

Après une première partie consacrée au clan Ben Ali, une interview du dirigeant tunisien arrive, à point nommé, dans le déroulé du programme. Les internautes tunisiens reprochent au reportage de M6 d’avoir servi de tribune au Président tunisien, à seulement quelques jours des élections législatives, prévues le 26 octobre, et de la Présidentielle, dont le premier tour aura lieu le 23 novembre.

« De la pornographie journalistique populiste »

« Ton émission « les trésors cachés de Ben Ali » était une vraie arnaque où le titre semblait être un appât pour nous balancer du n’importe quoi », commente un internaute tunisien sur la page Facebook du présentateur. Et les commentaires sont nombreux : « Le documentaire sur la Tunisie est tout sauf honnête. A part dire que le clan Ben Ali est composé de voleurs ce que tout le monde savait (la révolution en a été la conséquence d’ailleurs ) et que personne ne cautionne. Le reste de ce torchon a été de la pure propagande », écrit un autre internaute.

Voici un dernier exemple de commentaire posté par un internaute tunisien : « Vous avez fait ce soir l’apologie d’un président transitoire, élu grâce a quelques 7 000 voix uniquement, celui-là même qui a publié le livre noir où votre nom figure, vous avez caressé dans le sens du poil un personnage qui reçoit les pires extrémistes, libère les bagnards, catégorise les femmes… Votre enquête est un spectacle, de la pornographie journalistique populiste. » Le chef d’Etat tunisien a en effet mentionné le nom du présentateur d’Enquête exclusive dans un livre noir publié en décembre 2013 révélant, selon lui, la liste de toutes les personnes impliquées dans le système corrompu de l’ancien régime.

« Lustreur de portrait »

Un photo-montage circule sur la Toile depuis la diffusion de ce reportage controversé. Elle représente une fausse carte d’adhérent au CPR, le parti du Président tunisien, au nom de Bernard de La Villardière. Sur la carte, la profession de ce dernier n’est pas journaliste mais « lustreur de portrait ».

capture_d_ecran_2014-10-16_a_16.32.41.png