Lutte contre le terrorisme : Washington salue la détermination de Mohammed VI

Le roi du Maroc, Mohammed VI

L’engagement du roi Mohammed VI, notamment dans la lutte contre le terrorisme, a été salué par le secrétaire américain à la Défense, Mark Esper, qui a magnifié le leadership du royaume, malgré les menaces qui pèsent sur l’Afrique.

Vendredi, le secrétaire américain à la Défense, Mark Esper, a conclu à Rabat une tournée visant à renforcer la coopération militaire avec les pays du Maghreb centrée sur la lutte contre le djihadisme et la sécurité en Afrique du Nord, notamment en Libye ou au Sahel.

Mark Esper a saisi l’occasion pour saluer le leadership du royaume, malgré les menaces qui pèsent sur l’Afrique. C’était vendredi à Rabat, à l’issue d’un entretien avec le ministre marocain des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, relate Bladi.

Le journal poursuit, soulignant que le Pentagone salue le leadership du roi Mohammed VI qui a permis le progrès et la vigueur du partenariat entre les États-Unis et le Maroc. Ce leadership s’identifie également aux efforts fournis par le Maroc pour repousser l’instabilité sur le continent.

Durant cet entretien, les deux personnalités ont fait part de «  leurs préoccupations mutuelles au sujet de l’instabilité régionale engendrée par les groupes extrémistes violents et par les activités d’ingérence forcées dans les affaires internes des États  », reprend Bladi.

Mark Esper et Nasser Bourita ont examiné «  l’important travail réalisé par le Gouvernement de Transition au Mali dans le but de restaurer l’ordre constitutionnel et de contrecarrer les tentatives des terroristes d’exploiter à leur avantage cette situation  ».

Le secrétaire américain à la Défense et le chef de la diplomatie marocaine ont souligné «  l’importance de la nouvelle feuille de route de coopération, en matière de défense signée à Rabat le 2 octobre 2020, entre les États-Unis et le Maroc  », évoquant un accord décennal de coopération militaire avec le royaume, considéré comme un « allié majeur » dans la région.

« Maintenant plus que jamais, nos deux nations travaillent étroitement pour faire face aux défis d’un contexte de sécurité complexe allant du contre-terrorisme et d’autres menaces transnationales, à l’instabilité régionale et à des sujets stratégiques plus larges », s’est réjoui le secrétaire américain à la Défense.