Lutte contre l’extraction minière illégale : la Chine soutient le Ghana

La Chine a décidé de coopérer avec le Ghana pour combattre l’extraction minière illégale.

La Chine a décidé de prêter main forte au Ghana dans la lutte contre l’extraction minière, véritable fléau dans le pays. Cette annonce a été faite par le ministre des Affaires étrangères lors d’une visite à Accra, après l’arrestation en 2013 de centaines de Chinois pour avoir prospecté sans autorisation. La Chine prend ce problème « très au sérieux », a déclaré Wang Yi à la presse, après une entrevue à Accra, avec son homologue ghanéen, Hannah Tetteh.

Le chef de la diplomatie chinoise, qui effectue actuellement une tournée de quatre jours en Afrique, a appelé les deux pays à coopérer plus étroitement pour lutter contre l’extraction illégale. D’après lui, des améliorations ont déjà eu lieu pour rendre ce secteur « plus standardisé, réglementé et durable ».
« Le gouvernement chinois va encourager les entreprises renommées et qui respectent l’environnement à venir investir dans les ressources du Ghana, et nous espérons que les autorités ghanéennes apporteront le soutien et l’aide nécessaires à ces entreprises », a-t-il dit.

L’extraction illégale au Ghana, particulièrement de l’or, est devenue un problème majeur, et très préoccupant pour l’environnement, notamment en ce qui concerne la pollution de l’eau et de l’environnement. L’an dernier, des centaines de personnes, la plupart des ressortissants chinois, ont été arrêtées. Elles avaient enfreint la loi interdisant aux étrangers de procéder à la prospection et à l’extraction à petite échelle. La plupart de ceux qui ont été arrêtés viennent de la région de Shanglin, dans la province du Guangxi, où l’on pratique également l’extraction d’or. Certains ont accepté de partir volontairement, mais d’autres ont dû être expulsés de force.

Le Ghana, deuxième producteur d’or en Afrique après l’Afrique du Sud, attire de nombreux Chinois à la recherche d’une fortune rapide. Il faut dire que la Chine est l’un des principaux investisseurs du Ghana qui produit également du pétrole et a connu, ces dernières années, une forte croissance. Selon des statistiques chinoises, les exportations vers le Ghana ont atteint 4,79 milliards de dollars en 2012 (3,6 milliards d’euros), alors que les importations en provenance de ce pays ont quasiment doublé sur la même période, passant à 643,6 millions de dollars (473 millions USD).

Le ministre chinois des Affaires étrangères, qui a commencé sa tournée par l’Ethiopie et Djibouti, doit aussi se rendre au Sénégal après son séjour au Ghana pour acquérir sans doute de nouvelles parts de marché.