Lutte contre Boko Haram : l’armée camerounaise reprend le dessus

Lors d’une battaille dans le nord du pays, l’armée camerounaise a réussi à repousser le groupe terroriste nigérian Boko Haram, tuant plusieurs de ses éléments.

L’armée camerounaise a infligé une lourde défaite au groupe terroriste nigérian Boko Haram. Elle a en effet repoussé une attaque de l’insurrection armée, tuant trois de ses combattants, en début de semaine après de violents combats à Bodo, dans le nord du pays, a annoncé ce jeudi un porte-parole du gouvernement, Issa Tchiroma. Selon ce dernier, « mardi matin vers 3h40, une colonne ennemie de véhicules 4×4 a ouvert le feu sur des positions tenues par nos forces de défense. Les combats « violents » se sont poursuivis jusqu’à l’aube ». D’après lui, face à la riposte de nos soldats, les agresseurs ont battu en retraite, laissant derrière eux trois morts, une quantité d’armes et beaucoup de sang, précisant qu’il n’y avait pas eu de blessés chez les militaires. Selon des militaires au fait de l’attaque, 18 islamistes ont été tués dans les combats, rapporte Reuters.

Hormis l’armée camerounaise, les troupes du Niger et du Tchad sont aussi aux trousses du groupe armé. Toutes ces troupes constituent la force régionale mise en place pour épauler l’armée nigériane dans sa lutte contre la nébuleuse. Toutefois, si Boko Haram subi régulièrement des défaites, l’organisation armée, dirigée par Abubakr Shekau n’a pas encore dit son dernier mot. Boko Haram continue de répandre le sang dans le nord du Nigeria. D’ailleurs, dernièrement, ses attaques ont été particulièrement meurtrières. Le groupe armé a fait plus de 200 morts, pendant ce mois saint du Ramadan pour les musulmans du monde entier. La secte n’a pas hésité à exécuter des fidèles priant à la mosquée, fusiller tout ceux qui se trouvent sur son chemin, ou encore contraindre des jeunes filles à se faire exploser sur les places publiques.

Abubakr Shekau, qui avait affirmé qu’il ne craignait pas les troupes africaines qui le traquent, montre encore une fois de plus qu’il a toujours une grande capacité de nuisance. Il est parmi les terroristes les plus recherchés dans le monde. Réputé pour sa férocité, il a pris en 2009 les rênnes de Boko Haram, né en 2002. Au départ, le groupe ne s’attaquait qu’aux symboles étatiques, commissariats, gendarmeries, avant de se radicaliser sous la direction de son chef actuel. Dès lors, Boko Haram commet des massacres de masse, des attentats meurtriers, poussant des milliers de personnes à fuir vers les pays voisins.

Pour de nombreux observateurs, l’Etat du Nigeria doit impérativement résoudre la question sociale dans le nord du pays, plongé dans la misère et le chômage de masse. C’est de la misère de cette région, laissée à son propre compte par l’Etat, dont se nourrit Boko Haram, qui recrute en masse des jeunes désoeuvrés, sans perspectives d’avenir. La question militaire ne sera pas suffisante pour venir à bout d’Abubakr Shekau et de ses disciples, affirment unaniment les observateurs.