Lucas Radabe, le plus beau joueur

Le footballeur sud-africain Lucas Radabe, qui officie au sein du club de première division anglaise de Leeds, a reçu le prix mondial du fair-play, décerné par la FIFA, pour sa lutte contre le racisme dans le football.

Alors que Pelé et Maradona se partagent le prix du meilleur joueur du siècle, Lucas Radabe, joueur sud-africain du club anglais de Leeds, reçoit le prix honorifique du fair-play, pour l’an 2000. Cette distinction, décernée par la FIFA, revient à ce joueur émérite, pour sa lutte contre le racisme dans le milieu du football.

Lucas Radabe est devenu une star nationale au sein des Kaiser Chiefs, un club populaire de Johannesburg, au poste de gardien de but. Changeant de place, et devenant défenseur, il entre en sélection nationale en 1992, et en devient le capitaine en 1997.

Il joue depuis 1994 à Leeds United, où il a été confronté à divers problèmes de racisme face à d’autres clubs européens. Il a récemment lancé une attaque virulente contre le Lazio de Rome qui compte au sein de ses supporters de nombreux racistes. Ils sont devenus tristement célèbres pour leurs nombreux abus face aux joueurs noirs des équipes adverses.

Lutte contre les supporters racistes du Lazio

L’un des joueurs du Lazio, Sinisa Mihajlovic a même insulté Patrick Vieira, milieu défensif de l’équipe anglaise d’Arsenal. Il a été ensuite contraint de présenter à Vieira des excuses publiques, et a été banni par la UEFA, qui en a profité pour signaler son  » opposition à tout comportement raciste « .

L’Afrique du Sud est, elle aussi, victime de ce genre d’agissements. Il y a quinze jours, lors d’un match de football féminin contre le Nigeria, les supporters de l’Afrique du Sud ont lancé des projectiles sur le terrain pour s’opposer à un but nigérian. Le gouvernement sud-africain s’est excusé auprès du Nigeria, et souhaite que  » les autorités sportives retrouvent ces hooligans et les interdisent à vie de tous les stades « .

Radebe, venant chercher sa récompense, a déclaré que  » la couleur de la peau n’importe pas « . Il a ajouté que  » les insultes qu’il entend sur le terrain ne le rendent que plus déterminé à prouver sa valeur et à montrer à ces gens qu’il mérite sa place en première division « .