Lourdes sanctions contre les délinquants sexuels au Kenya

Le vice-président kenyan, Moody Awori a assuré, dimanche, que le gouvernement mettra en application la loi sur les délits sexuels afin d’éradiquer les violences faites aux femmes, en hausse dans le pays. Il a précisé que la loi sera désormais plus répressive afin que les auteurs de ces violences reçoivent le châtiment qu’ils méritent et qu’ils évitent de récidiver.

M. Awori, Le vice-président kenyan, s’exprimait à l’occasion d’une visite dans un hôpital pour enfants de Nairobi lors d’une cérémonie de présentation du projet de l’Hôpital pour les femmes et les enfants de Nairobi, d’une capacité de 350 lits, qui devrait être subventionné par la Fondation James Jordan des Etats-Unis, à un coût estimé à 26,5 millions d’euros. Cette fondation, à travers sa présidente Delores Jordan, la mère de la légende du basket-ball américain Michael Jordan, soutien aussi l’Hôpital pour les femmes de Nairobi, une structure sanitaire qui traite les femmes et les enfants victimes d’agression sexuelle.

M. Awori a déploré le fait que l’Hôpital pour les femmes de Nairobi n’arrivait pas à faire face à la forte demande, parce que ne comptant que 57 lits, et a invité les Kenyans à faire le premier geste en donnant généreusement pour le nouveau projet hospitalier afin que plusieurs personnes puissent être suivies médicalement. « Faisons la différence et mettons fin à la culture de dépendance. Ce pays a beaucoup d’argent et nous devrions initier la plupart des projets », a-t-il souligné.

M. Awori a attribué aux violences faites aux femmes et à la pauvreté le taux croissant de VIH/SIDA, de décès, d’handicaps physiques, de maladies mentales et d’alcoolisme et a invité les Kenyans à soutenir le gouvernement dans le cadre de sa lutte contre les violences faites aux femmes et aux enfants. Delores Jordan, qui a honoré l’évènement de sa présence, a assuré les autorités kenyanes de son soutien, en déclarant qu’elle sera toujours au premier plan pour aider les Kenyans à faire la différence dans leurs vies.