Londres : un Tanzanien dans le couple qui a séquestré 3 femmes pendant 30 ans

L’homme et la femme âgés de 67 ans, arrêtés jeudi à Londres, dans le cadre de l’enquête sur les trois femmes séquestrées et retenues comme esclaves pendant plus de trente ans, seraient d’origine indienne et tanzanienne.

L’homme et la femme âgés de 67 ans, arrêtés jeudi à Londres, dans le cadre de l’enquête sur les trois femmes séquestrées et retenues comme esclaves pendant plus de trente ans, seraient d’origine indienne et tanzanienne. « Tous deux sont arrivés au Royaume-Uni dans les années 60 », a indiqué samedi Scotland Yard dans un communiqué.

Ils sont 37 officiers de Scotland Yard à enquêter sur la séquestration des trois femmes. Celles-ci sont libres, après avoir été séquestrées plus de trente ans. « Nous pensons que deux des victimes ont rencontré le suspect masculin à Londres sur la base d’une vision du monde partagée et qu’ils ont vécu ensemble dans une sorte de communauté. L’enquête porte désormais sur les personnes impliquée et la nature de cette communauté et la façon dont elle opérait. Nous rassemblons lentement et laborieusement plus d’informations », a confié la police. Déjà hier vendredi, Steve Rodhouse de la police métropolitaine, interpellé par The Gardian était d’avis que cette affaitee n’était pas « dans la catégorie de l’exploitation sexuelle, ou dans ce que nous qualifions habituellement de trafic humain. (…) Nous essayons de comprendre quelles étaient les menottes invisibles qui ont été utilisés par le couple pour exercer un tel degré de contrôle sur ces femmes (…).

« Elles auraient subi une sorte de lavage de cerveau, pour employer un terme simple ». (…) On a eu des cas d’esclavage où des gens ont été retenus contre leur gré pendant dix ans, mais jamais rien d’une telle ampleur », avait souligné le détective Kevin Hyland. Selon Le Parisien, le couple de sexagénaires arrêté jeudi matin, une Indienne et un Tanzanien, avait été libéré sous caution vendredi.