Liya Kebede : « Made in Ethiopia »

L’un des mannequins les mieux payés de sa génération, Liya Kebede est devenue en 2003 la première égérie noire de la marque de cosmériques Estée Lauder.

Liya Kebede est née le 31 janvier 1978 à Addis Abeba, en Ethiopie, où elle a grandi. Sa carrière débute lorsqu’elle y est repérée par un réalisateur dans son lycée français. Ce dernier la présente à un agent français de mannequins. Après avoir terminé ses études secondaires, Liya s’envole pour Paris. Elle s’installera plus tard à New York où elle réside encore. Liya Kedebe fait la couverture des plus célèbres magazines de modes tels le Vogue français et italien et V Magazine. Le modèle est photographié par des célébrités comme Steven Meisel, Bruce Weber, David Simms, Arthur Elgort et Michael Thompson. Elle apparaît également dans l’édition américaine de Vogue et Harper’s Bazaar. L’Ethiopienne défile pour Ralph Lauren, Marc Jacobs, Anna Sui, Michael Kors, Yves Saint-Laurent, Balenciaga ou encore pour Gucci avec Tom Ford. Très vite, Liya Kedebe s’impose comme une reine des podiums. Les publicitaires la réclament également. Liya pose pour la campagne Yves Saint-Laurent, où elle est repérée par le groupe Estée Lauder dont elle devenue la première égérie noire en 2003, et apparaît dans celle de Tommy Hilfiger. Mariée et mère de deux enfants, la belle Liya souhaite mettre son image au profit des ses compatriotes d’Afrique de l’Est. Elle a lancé en 2008 une collection de prêt à porter pour enfants 100% « Made in Ethiopia » baptisée Lemlem. Avec une fortune estimée à 2,5 million, elle était 11e (et la seule Noire) du Top 15 des mannequins les plus riches de la planète, réalisé par le magazine Forbes pour 2007. Liya Kebede est aussi comédienne. Elle est apparue dans Lord of War (2005), Raisons d’État (2006) et tient le rôle principal dans Desert Flower (2009, adapté du livre et réalisé par Waris Dirie, une autre célèbre mannequin originaire d’Afrique de l’Est.

Lire aussi :

Liya Kebede en mode cinéma