Libye : une trentaine de suspects arrêtés après les attentats de Tripoli

Après le double attentat à la voiture piégée de dimanche à Tripoli, une trentaine de personnes ont été arrêtées. Les attentats qui se sont déroulés durant la fête musulmane de l’Aïd el fitr, ont fait deux morts et quatre blessés.

Plusieurs personnes ont été arrêtées en Lybie après les attentats de Tripoli. « Plusieurs individus ont été arrêtés à Tripoli, dont certains ont reconnu avoir des liens directs ou indirects avec les explosions », a déclaré Issam el Nass, un porte-parole de la commission de Haute-Securité, dépendant du ministère de l’Intérieur.

Le nombre de personnes qui ont été interpellées seraient de 32. La capitale libyenne a été victime dimanche d’un double attentat à la voiture piégée faisant deux morts et quatre blessés. Une des voitures a explosé près du ministère de l’Intérieur et l’autre non loin d’une académie militaire.

« C’est difficile de tout contrôler »

Les explosions ont été déclenchées à distance par un système de télécommande, selon le colonel Al-Chérif qui a accusé des partisans de l’ancien régime de Mouammar Kadhafi d’être derrière ces attaques.
Déjà en août, trois hommes soupçonnés de préparer des attentats à la bombe avaient été tués au cours d’un coup de filet lancé par les forces de l’ordre près de Tripoli, selon les autorités.

Le vice-ministre de l’Intérieur, Omar al-Khadhraoui, qui s’est rendu sur place a précisé à l’AFP que les services de sécurité disposaient depuis trois jours d’informations sur de possibles attaques. « Nous avions des informations sur de possibles attaques de ce genre depuis trois jours, mais avec le nombre d’armes qui circulent dans le pays, c’est difficile de tout contrôler », a-t-il ajouté, affirmant que d’autres voitures piégées sont recherchées.

Premier attentat à Tripoli

Lorsque lui a été demandé si les mesures de sécurité allait être renforcées, le vice-ministre a déclaré : « nous faisons de notre mieux. Nous ne pouvons pas faire plus ».

Cette attaque survient quelques jours seulement après que le Conseil national de transition (CNT) ait donné le pouvoir aux libéraux après les premières élections libres de Libye depuis la chute du guide suprême Mouhammar Kadhafi l’an dernier.

Lire aussi :

 La nouvelle Libye en marche

 Libye : Mohamed al-Megaryef, président de l’Assemblée nationale