Libye : Seif al-islam Kadhafi veut être jugé par la CPI

Seif al-islam Kadhafi, fils de Mouammar Kadhafi, demande à être jugé par la Cour pénale internationale (CPI) et non par la Libye. Selon lui, son pays ne peut pas lui offrir un procès équitable.

Seif al-Islam Kadhafi s’offre à la Cour pénale internationale (CPI). Dans un document soumis le 24 juillet aux juges de la CPI par ses avocats, le fils de Mouammar Kadhafi a exprimé le souhait d’être jugé à la Haye et non en Libye. « La seule solution pour que la Libye et les Libyens obtiennent justice est que la CPI juge cette affaire de manière juste, impartiale et indépendante », a-t-il indiqué. Il est persuadé que son pays ne lui offrira pas de procès équitable même s’il avait « voulu être jugé en Libye par des juges libyens selon la loi libyenne face au peuple libyen ». Il va même plus loin : « Il n’y aura pas non plus de vérité si des témoins encourent la prison à vie simplement pour avoir témoigné en ma faveur. »

« Je n’ai pas peur de mourir »

Agé de 40 ans, Seif al-Islam est le seul fils de Mouammar Kadhafi à être emprisonné. Incarcéré dans la prison de Zenten, il a été interpellé en novembre 2011, dans le Sud de la Libye, alors qu’il tentait de franchir la frontière du Niger. En réalité, il est conscient qu’il risque la peine de mort si son procès se tient en Libye. « Je n’ai pas peur de mourir, mais si on m’exécute après un tel procès, alors appelez cela un meurtre », a-t-il soutenu. Seif al-Islam fait l’objet d’un mandat d’arrêt international de la CPI pour crimes contre l’humanité commis pendant la révolte contre le régime libyen. Un conflit qui a entraîné la mort de son père, le 20 août 2011.

De son côté, l’avocate de la CPI, Melinda Taylor, estime également que la Libye n’est pas apte à mener un procès équitable contre le fils de l’ex-guide libyen. Les autorités libyennes, elles, considèrent que la CPI n’est pas suffisamment compétente pour juger le fils du défunt dirigeant libyen.

Lire aussi :

 Libye : Seif al-Islam rattrapé par les forces du CNT

 La vague islamiste n’a pas gagné la Libye

 Libye : fin de règne du CNT