Libye : ouverture du procès de Saïf al-Islam et Saadi Kadhafi

Saïf al-Islam et Saadi Kadhafi, deux fils de l’ex-chef d’Etat libyen Mouammar Kadhafi, vont être jugés à partir de ce lundi. Ce procès pour crime de guerre et corruption s’ouvre à Tripoli alors que le pays est toujours aussi instable.

Saïf al-Islam et Saadi Kadhafi vont être jugés à Tripoli pour crime de guerre et corruption en compagnie de l’ancien chef des services de renseignement, Abdoullah Al-Senoussi, ainsi que l’ancien ministre des affaires étrangères, Abdoul Ati Al-Obeïdi. Les pays occidentaux et les organisations internationales des droits de l’Homme vont observer de près ce jugement dans un pays où l’impartialité de la justice pose question. « Jusqu’à présent, il y a eu des problèmes de représentation judiciaire. Nombre de ceux en procès n’ont pas eu droit à un avocat depuis le début, condition essentielle à un procès honnête », a déclaré le spécialiste de la Libye au sein de l’ONG Human Rights Watch, Hanan Salah.

Un procès sera publique

L’ONG était allée à la rencontre d’ancien responsables libyens aujourd’hui emprisonnés en Libye. « Il est difficile d’imaginer comment ces hommes pourraient bénéficier d’un procès équitable en Libye », avait indiqué le directeur adjoint de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord, Nadim Houry, dans un rapport qui date de février 2014.

Le ministre de la justice, Salah Al-Merghani, a indiqué que le procès sera publique pour garantir l’intégrité du jugement. Saadi Kadhafi a été extradé le mois dernier par les autorités du Niger. Récemment, le congrès national libyen avait été obligé de voter des amendements permettant le parution de ce fils de Kadhafi, lors de son jugement, par vidéo depuis la prison où il est gardé par les milices qui refusent de le livrer à la justice nationale.