Libye : le pouvoir menace les manifestants d’une guerre

En Libye, Seïf Al-Islam, l’un des fils du colonel Mouammar Kadhafi au pouvoir depuis 42 ans, a déclaré dimanche soir à la télévision que le peuple devait choisir soit de construire une « nouvelle Libye » soit de plonger dans la « guerre civile », rapporte l’AFP. Il a estimé que les bilans donnés par « les médias étrangers » étaient « très exagérés », mais reconnu que plusieurs villes du pays, dont Benghazi et Al-Baïda, dans l’est, étaient la proie de violents combats et que les émeutiers s’étaient emparés d’armes militaires. Les affrontements ont gagné la capitale Tripoli, dimanche. La répression a fait au moins 173 morts depuis le début de la révolte mardi, selon l’organisation de défense des droits de l’homme Human Rights Watch (HRW), qui cite des sources hospitalières.