Libye : le HCR reste préoccupé du sort des ressortissants des pays tiers

Le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et ses partenaires en restent préoccupés par la situation des ressortissants de pays tiers en Libye, y compris des réfugiés, a déclaré vendredi un porte-parole du HCR. « Le HCR et l’Organisation internationale des migrations (OIM) travaillent étroitement avec l’Equipe de stabilisation du Conseil national de transition pour tenter d’améliorer la situation en terme de protection des réfugiés et des migrants. L’Equipe de stabilisation travaille déjà en coordination avec les Ministères de la justice et de l’intérieur pour mettre en place une stratégie de communication auprès du public, de délivrance de documents temporaires pour les migrants et d’identification d’hébergements et d’autres services pour les migrants, les demandeurs d’asile et les réfugiés vulnérables », a dit ce porte-parole du HCR, Adrian Edwards, lors d’une conférence de presse à Genève.

Parallèlement, dans l’est du pays, Libyan Aid a fait état de plus de 50 000 personnes qui sont toujours déplacées, dont près de la moitié à Benghazi, bien que les premiers retours sont rapportés dans de nombreuses villes, comme Ajdabiya.