Libye : le CNT divisé sur la capture de Mouatassim Kadhafi

L’un des chefs des opérations militaires du Conseil national de transition (CNT), Wissam ben Ahmed, a démenti l’annonce faite par le conseiller du président du CNT, Abdelkarim Bizama, selon laquelle Mouatassim Kadhafi, l’un des fils de Mouammar Kadhafi, aurait été capturé à Syrte mercredi. Par ailleurs, les combats entre rebelles et forces loyalistes se poursuivent dans la ville natale de l’ancien dirigeant libyen.

Mouatassim Kadhafi capturé ? Au sein même du Conseil national de transition (CNT) deux versions se confrontent. Abdelkarim Bizama, conseiller du président du CNT, a annoncé mercredi l’arrestation du fils de Mouammar Kadhafi. De son côté, Wissam ben Ahmed, commandant des opérations militaires du front Est de la Libye, a démenti l’information. « Ce n’est pas vrai que Mouatassim a été capturé, mais certains prisonniers que nous avons capturés disent que Mouammar Kadhafi se trouve à Syrte », a affirmé Wissam Ben Ahmed. « Mouatassim Kadhafi a été capturé à Syrte et il a été transféré à Benghazi. Nous n’avons pas annoncé cette capture plus tôt pour éviter toute tentative de le libérer », a pour sa part déclaré Abdelkarim Bizama.

Les rebelles ont également fait état, ce jeudi, de la capture à Syrte du mufti de Libye, Khaled Tantouche. Selon L’Express, le mufti, qui représentait la plus haute autorité religieuse sous l’ancien régime, a soutenu Mouammar Kadhafi tout au long de l’insurrection. « Nous l’avons capturé hier matin » sur la route côtière à l’ouest de Syrte, a affirmé Abdo Salam, un des rebelles. « Il avait complètement changé d’apparence. Il était rasé et il conduisait, il essayait de fuir vers Tripoli », a-t-il ajouté, assurant avoir lui-même arrêté le véhicule avec quatre autres combattants.

Syrte toujours pas tombée

Les forces du CNT ne sont toujours pas parvenus à controler totalement Syrte, la ville natale de Mouammar Kadhafi. Les fidèles combattants de l’ancien dirigeant résistent encore dans deux quartiers situés dans l’ouest de la ville. « Nous pensons qu’il nous faudra encore trois jours pour les capturer », a déclaré ce jeudi Yahya al-Moghasabi, l’un des commandants du CNT.

Mouammar Kadhafi, toujours introuvable, prônait le panafricanisme et rêvait de faire de sa ville natale la capitale des Etats-Unis d’Afrique. Mais Syrte est désormais dévastée en raison des violents combats qui ont opposé durant un mois les rebelles aux derniers fidèles de l’ancien dirigeant. En une semaine, les affrontements ont fait près d’une centaine de morts et plusieurs blessés parmi les rebelles, selon des sources médicales. « Tout est détruit », selon Lutfy al-Amin. Ce combattant du CNT, originaire de la ville de Misrata, souvent venu à Syrte, ne reconnait plus la cité côtière jadis prospère, dont la population avoisinait les 100 000 habitants, indique Le Point. « Mais c’est leur faute. S’ils s’étaient rendus, nous n’aurions pas fait cela », a-t-il ajouté. « Nous n’avons pas détruit la ville pour nous venger. Nous voulions juste les arrêter et être libres », a-t-il indiqué.