Libye : la peur des violences fait fuir les migrants

De plus en plus de migrants se rendent en Libye dans l’espoir d’une vie meilleure. Mais face aux multiples violences qui secouent le pays, les migrants sont tentés de fuir pour rejoindre l’Europe, au péril de leur vie, selon Amnesty International.

La Libye n’est plus un eldorado pour les migrants. Les violences auxquelles sont confrontées les migrants les poussent à tenter la traversée de la Méditerranée, au péril de leur vie, pour rejoindre le continent européen. C’est ce qu’affirme, ce lundi 11 mai 2015, Amnesty International.

Depuis le début de la crise en Libye, les clandestins sont de plus en plus nombreux à monter dans des embarcations de fortune afin de fuir le pays en proie à des violences quotidiennes. La Libye vit en effet une lutte pour le pouvoir entre deux gouvernements et Parlements à travers des combats. Selon le directeur du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty, « les conditions épouvantables pour les migrants, ajoutées à la spirale de l’anarchie et des conflits armés, montrent à quel point la vie est dangereuse aujourd’hui en Libye ».

Dans un rapport intitulé « La Libye en pleine cruauté », Amnesty International pointe du doigt les violences perpétrées à l’égard des migrants vivant et travaillant dans le pays depuis des années. Selon l’organisation, des femmes auraient été violées au sud de Tripoli, des réfugiés syriens ont été transportés dans des camions frigorifiques. Face à cela, Amnesty International exhorte l’Union Européenne à lutter contre les passeurs.

Amnesty International a également demandé à la Tunisie et l’Égypte d’assouplir les restrictions à leurs frontières avec la Libye afin d’offrir un abri aux migrants. Elle a par ailleurs dénoncé l’enfermement des clandestins dans des centres de rétention en Libye, dans des conditions extrêmes.

En Libye, il existe près de 16 centres de rétention qui abritent prés de 7 000 migrants arrêtés pour être entrés illégalement dans le pays.