Libye : l’ex-Premier ministre Ali Zeidan dénonce son éviction falsifiée


Lecture 1 min.
arton38245

Limogé après un vote du Congrès général national, l’équivalent du Parlement libyen, l’ex-Premier ministre Ali Zeidan, a dénoncé la falsification du scrutin de défiance à son encontre.

L’ancien Premier ministre Ali Zeidan, qui s’est réfugié en Allemagne, a dénoncé jeudi soir sur France 24, la falsification d’un vote de défiance du Congrès général national, équivalent du Parlement libyen, qui a permis son éviction du gouvernement. D’après lui, « seulement 113 députés ont voté en faveur de son renvoi, bien en deçà des 120 voix nécessaires pour (lui) retirer la confiance ».

Il s’exprimait pour la première fois depuis son éviction en Libye depuis l’Allemagne, où il s’est réfugié. L’ex-chef du gouvernement libyen a également rejeté les accusations de corruption et détournements de fonds qui pèsent sur lui. En raison de ces soupçons, le procureur avait déposé d’ailleurs une interdiction de quitter le territoire à son encontre. Mais selon ses proches, il craignait également pour sa vie.

La situation est toujours extrêmement tendue en Libye. L’insécurité est omniprésente dans le pays depuis la chute de Mouammar Kadhafi. Et l’ancien Premier ministre n’a pas réussi à rétablir un Etat de droit. C’est le principal argument utilisé d’ailleurs par le Congrès général national pour l’évincer.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter