Libye : « l’armée » à la traque d’Ansar al-charia dans Benghazi

L’ex-chef d’état-major de l’armée libyenne, Khalifa Haftar, a entamé vendredi une opération d’envergure contre les milices d’Ansar al-charia pour les déloger de Benghazi.

Ça chauffe en Libye où les troupes de Khalifa Haftar se sont attaquées ce vendredi au camp 17 Février de Benghazi pour déloger les milices de Ansar al-charia. Ce qui a déclenché de violents affrontements ayant opposé les deux groupes autour de sites occupés par les milices islamistes, dans la région de Sidi Fradj, dans le sud de la ville.

La raison de ce regain de violence, l’assassinat le 8 mai dernier du chef des renseignements militaires à l’Est, le colonel Brahim Senoussi. Depuis, les observateurs sur place voyaient venir l’opération de délogement de Ançar el charia du camp 17 Février de Benghazi.

Bien que ne faisant plus partie de l’armée régulière, le général Haftar a réuni un régiment autour de lui, s’attirant la sympathie des citoyens de l’est de la Libye. Ces derniers veulent voir cesser les exactions et autres violences commises par les milices.

Aujourd’hui, les confusions totale en Libye où des affrontements de cette dimension n’ont pas eu lieu depuis la chute d’El Gueddafi, le chef d’état-major de l’armée libyenne. Ce qui inquiète le plus est le fait que le groupe de Haftar se fait lui-même appeler « Armée nationale » et son porte-parole indique qu’ils sont en train de « conduire une opération de grande envergure pour purger Benghazi des groupes terroristes ».

Haftar aurait reçu l’aval de puissances étrangères, en atteste la cargaison d’armes qui aurait été remise à ses troupes il y a quelques jours.