Libye : Kadhafi capturé !

La ville de Syrte est passée ce matin entre les mains des forces du Conseil national de transition libyen où Moummar Kadhafi aurait été capturé.

L’ancien dirigeant libyen Mouammar Kadhafi aurait été capturé à Syrte, sa ville natale, selon le coordinateur des opérations militaires du gouvernement libyen de transition, Abdel Madjid. Joint par Reuters, celui-ci a déclaré que l’ex-dirigeant libyen a été blessé aux deux jambes avant d’être évacué par ambulance. Ainsi après plus d’un mois de siège, le Conseil national de transition (CNT) a annoncé ce jeudi avoir pris les dernières positions des partisans de Mouammar Kadhafi dans la ville de Syrte, ville natale de l’ancien dirigeant. “Nos forces contrôlent les derniers quartiers de Syrte », a déclaré à l’AP, Hassan Draoua, membre du CNT. L’assaut a eu lieu ce matin vers 8H et aurait duré 90 minutes selon deux journalistes de l’AFP présents sur place. Peu avant, des fidèles de Kadhafi, à bord de cinq véhicules, ont tenté de fuir l’enclave mais ont aussitôt été tués par les forces du CNT. Syrte est désormais en passe d’être sous contrôle total du CNT. Les forces du nouveau pouvoir libyen ont commencé les fouilles à l’intérieur des maisons et des bâtiments à la recherche d’éventuels pro-kadhafi. Au total, 16 combattants ont pour le moment été capturés.

Le colonel Yunus al Abdali, commandant des opérations militaires dans l’est de la ville, a également proclamé la libération de Syrte. « Syrte a été libérée. Il n’y a plus de troupes de Kadhafi », a-t-il déclaré. Le colonel Yunus al Abdali a affirmé que ses hommes continuent toutefois de rechercher les derniers soldats fidèles à Mouammar Kadhafi. La ville côtière a entièrement été dévastée. L’état des bâtiments et des routes témoignent de la violence des affrontements. La guerre en Libye a causé la mort de près de 25 000 personnes.

La Libye libre ?

La proclamation de la libération totale de la Libye devrait suivre la chute de Syrte. Mais de multiples problèmes internes au sein du nouveau pouvoir ne sont toujours pas résolus. Des responsables de divers tendances politiques ont mené ensemble les batailles qui ont conduit à la chute du régime mais ne sont pas tous d’accord sur les nouvelles lignes politiques à adopter. Mahmoud Jibril, numéro deux du CNT, a mis en garde mercredi contre le “chaos” dans le pays en raison des luttes pour le pouvoir. Il s’est dit inquiet de voir apparaître une “bataille politique” précoce.