Libye : des hommes d’affaires impliqués dans le meurtre des journalistes tunisiens Chourabi et Ktari ?

De nouvelles informations ont été dévoilées sur l’assassinat des deux journalistes tunisiens Sofiène Chourabi et Nedhir Ktari. L’enquête a révélé que des hommes d’affaires et politiques sont impliqués dans cet assassinat, selon des sites web tunisiens d’information qui reprennent le journal « Assarih ».

Le porte-parole officiel du ministère libyen de la Justice, Ahmed Joumhour, a annoncé que dans l’assassinat des deux journalistes tunisiens Sofiène Chourabi et Nedhir Ktari, l’enquête en cours a permis de découvrir l’implication d’hommes d’affaires et politiques connus. Ces déclarations ont été publiées, jeudi 14 mai 2015, dans les colonnes du journal Assarih, rapportées par des sites web tunisiens d’information.

Pourquoi tuer Chourabi et Ktari ? Dans cette interview, Ahmed Joumhour a estimé que les deux journalistes auraient pu mener une enquête et détenir des informations sur ces hommes d’affaires et politiques et leur possible financement du terrorisme en Libye. Le porte parole du ministère libyenn de la Justice a signalé qu’un rapport détaillé sera bientôt présenté et comportera les noms de ces personnalités ainsi que des gangs spécialisés dans le trafic d’êtres humains.

Dans cette enquête, les opérations de recherche des 50 corps, dans la région de Derna, en Libye, qui ont été enterrés dans une ferme, dont probablement les deux corps des deux journalistes tunisiens, sont toujours en cours, selon la même source

Fin avril dernier, des responsables libyens au ministère des Affaires étrangères et au ministère de la Justice ont annoncé, sans informer directement la Tunisie, la mort des deux journalistes sans donner des éléments pour prouver la véracité des informations. Les autorités libyennes ont précisé que les deux journalistes avaient été tués par un groupe terroriste, ce qui avait suscité des réactions indignées envers le gouvernement libyen.

Après plusieurs jours de confusion totale, le 4 mai dernier, le ministère tunisien de la Justice a ouvert une instruction judiciaire internationale pour enquêter sur l’affaire. Quelques jours plus tard, le juge d’instruction en charge du dossier de Sofiène Chourabi et Nadhir Ktari a déclaré avoir auditionné deux témoins qui avaient confirmé le rapt, la séquestration et l’assassinat de ces deux journalistes.

Dans l’entretien accordé à Assarih, le porte-parole du ministère libyen de la Justice est par ailleurs revenu sur le cas du diplomate tunisien kidnappé à Tripoli, Walid Ksiksi. Il a souligné que le gouvernement de Tripoli en assume la responsabilité puisque ce dernier se trouve chez ses groupes, ajoutant que Ksiksi, qui est détenu par les groupes de Fajr Libya, sera bientôt libéré.