Liberia : une université fantôme à la rentrée

La prochaine rentrée universitaire s’annonce inédite au Liberia. Aucun nouvel étudiant ne fera son entrée à l’université. Les 25 000 candidats ont tous échoué à l’examen d’entrée. S’agit-il d’une erreur administratrice ou d’une défaillance du système éducatif du pays ?

C’est une grande première au Liberia. Sur 25 000 candidats à vouloir entrer en première année à l’université, aucun candidat n’a réussi l’examen d’entrée. L’université demeurera donc sans nouvel étudiant à la rentrée. Une décision qui n’est pas du goût des étudiants et qui indigne la ministre de l’Éducation, Etmonia David Tarpeh.

Cette dernière émet des doutes quant à la véracité des résultats d’admission, « Je sais qu’il y a des faiblesses dans les écoles, mais de là à ce que tous les membres d’un groupe entier ratent le même examen, j’ai quelques doutes à ce sujet ». Cependant elle admet que le système éducatif libérien présente beaucoup de faiblesses. Une situation pour le moins inédite. Face à l’indignation de la ministre, le porte-parole de l’Université du Liberia a déclaré qu’il n’y aurait pas de rattrapage pour les examens. Ils pointent du doigt le manque d’enthousiasme des étudiants, ainsi que leur faible niveau en anglais.

Selon le site allafrica.com, les conditions d’admissions pour cette année ont été durcies. Ainsi pour intégrer l’université, il fallait obtenir plus de 50% en mathématiques, 70% en anglais pour réussir l’examen. Ce qui n’était pas le cas l’année dernière. Face à cette situation inédite, le directeur de l’université a décidé d’assouplir les critères d’admissions en abaissant à 40% de réussite en math et à 50% en anglais ce qui devrait permettre à 1 626 candidats d’être finalement admis. Ces derniers devront assister à des cours de remise à niveau.

Le système éducatif libérien est « en pagaille », selon la Présidente du Liberia. La guerre civile qui a frappé le Liberia jusque dans les années 2000, a détruit les infrastructures éducatives et laissé une grande partie de la population dans l’illettrisme.