« Libérez le journaliste Nadir Dendoune ! »

Cela fait sept jours que le journaliste français Nadir Dendoune est incarcéré à la prison centrale de Bagdad. On lui reproche « d’avoir pris des photos sans autorisation ». Il a pourtant un visa presse et reste à ce jour sans inculpation.

Le reporter franco-algérien Nadir Dendoune s’est rendu en Irak pour dresser un bilan du pays, 10 ans après son invasion, pour le compte du mensuel le Monde diplomatique et du magazine le Courrier de l’Atlas. Le 23 janvier dernier, alors qu’il était dans le quartier de Dora (sud-ouest) il est interpellé par la police irakienne « pour avoir pris des photos sans autorisation » assure l’AFP citant une source consulaire. Pourtant il est parti avec un visa presse en bonne et due forme délivré par les autorités irakiennes elles-mêmes.

Aucune raison valable ne justifie donc son incarcération depuis une semaine. C’est bien ce qui inquiètent sa famille et ses proches qui n’ont pu être informés de son arrestation que cinq jours après. «Nous ne savons pas pourquoi il a été arrêté, on n’a pas d’informations et rien qui rassure vraiment» confirme Madjid Messaoudene, un ami et conseiller municipal de la ville de Saint-Denis (93). Les autorités française mais aussi australiennes (Nadir est titulaire des trois passeports français, algérien et australien), ont été saisies. Le quai d’Orsay est intervenu auprès des autorités irakiennes.

Une personnalité atypique

Ce n’est pas la première fois que Nadir Dendoune se rend en Irak. En 2003, il est bouclier humain et raconte son quotidien dans un Carnet de voyage. Ceux qui le connaissent de près ou de loin, sont unanimes : Nadir Dendoune est une personnalité au caractère bien trempé. Du haut de ses 40 ans, il a déjà relevé de nombreux défis personnels. Il fait le tour du monde à bicyclette pour sensibiliser sur le sida, il gravit l’Everest à 37 ans, exploit qu’il raconte dans un livre « Un tocard sur le toit du monde », édition JC Latès.

Il est aussi connu pour son engagement en faveur du peuple palestinien. En 2011, il réalise « Palestine » son premier documentaire. La projection du film prévue de longue date ce jeudi, 18h30 à l’Institut du monde arabe est maintenue. Il risque d’y avoir beaucoup de monde à l’Ima… Depuis que le statut face book sur son arrestation a été posté, une vague de messages de soutiens a déferlé dans les réseaux sociaux.

Car Nadir Dendoune peut faire rire, impressionner, encourager, provoquer ou encore agacer, sa forte personnalité et son riche parcours ne laisse personne insensible. Des centaines d’ « amis » ont changé leur photo de profil pour arborer son portrait, une page de soutien a été créé hier matin, elle a rassemblé près de 200 personnes en une journée…

Le comité de soutien pour la libération de Nadir Dendoune, appelle à être nombreux ce soir 18h30, à l’Ima pour la projection du film « Palestine ». Famille, amis et spectateurs se rassembleront autour du même message : « Libérez le journaliste Nadir Dendoune ! ».

Par Mérième Alaoui