Lettre ouverte à la classe politique béninoise

Il y a des moments dans la vie d’une nation ou votre bord politique ne devrait plus compter dans les actes que vous posez. J’ose espérer que les inondations sans précédent qui frappent le Bénin depuis le début du mois d’octobre représentent pour vous une opportunité d’accorder vos violons pour juguler une fois pour toutes le problème des inondations annuelles au Bénin.

Je vous admire beaucoup parce que vous êtes passés maitres dans l’art de l’alternance politique sans violence. Où en Afrique peut-on s’enorgueillir d’avoir un président élu a 75% des voix en tant que candidat indépendant de surcroît inconnu sur la scène politique? Mais la démocratie n’a de sens que lorsqu’elle contribue au bien-être des populations. J’aimerais lancer un vibrant appel à toute la classe dirigeante d’utiliser ce déluge comme point de départ pour un dialogue sur les solutions durables afin de réduire l’impact des pluies diluviennes qui s’abattent chaque année sur notre pays.

Je me rends compte que vous êtes en campagne électorale actuellement et que vous dormez tous les yeux grands ouverts de peur que vos adversaires politiques ne prennent le pas sur vous dans la course effrénée pour le pouvoir. Mais je garde espoir qu’il vous reste un brin de lucidité pour mesurer l’ampleur de la crise humanitaire sans pareille qui se profile à l’horizon. C’est le moment d’agir pour sécuriser l’avenir des enfants béninois. Nelson Mandela, l’icône africaine n’a-t-il pas dit que l’âme d’une nation se révèle dans la manière dont elle traite ses enfants?

Pendant que les institutions internationales, les gens de bonne volonté au Benin comme à l’extérieur s’activent pour venir en aide aux populations béninoises, il est de votre devoir en tant que représentants du peuple de formuler une stratégie pour que dans cinquante ans, l’histoire ne se répète pas. La municipalité de Cotonou semble avoir une petite expérience en la matière. Je vous exhorte quel que soit votre bord politique à vous rapprocher d’elle pour consolider les différentes approches en un plan national.

Je souhaite de tout mon cœur que la classe dirigeante se mobilise pour secourir les populations sinistrées avant que la situation sanitaire ne s’empire. Dans le même temps, que les politiciens de tout bord cessent les joutes oratoires stériles pour des actions concrètes en vue de transformer cette calamité en bénédiction. C’est le moment d’unir les Béninois pour régler une fois pour toutes le problème des inondations annuelles au Bénin.

Enfants du Bénin debout !

Mercredi 27 Octobre 2010

Mafoya Dossoumon