Les troupes congolaises et ougandaises tuent une centaine de rebelles de l’ADF

Une opération militaire conjointe entre les forces militaires ougandaise et congolaise a tué plus de 100 militants appartenant au groupe rebelle responsable présumé du massacre de 15 casques bleus au début du mois en République démocratique du Congo, a annoncé mercredi l’armée ougandaise.

Selon le communiqué militaire publié ce mercredi par l’armée ougandaise, les forces conjointes ont attaqué huit « camps ennemis » dans l’est du Congo vendredi dernier avec des frappes aériennes et d’artillerie.

Les rebelles sont soupçonnés d’être à l’origine de l’assassinat de soldats de l’ONU au début du mois de décembre. Les casques des soldats de la paix tanzaniens tués par les rebelles sont exposés lors d’une cérémonie d’hommage dans la ville congolaise de Goma. Le Conseil de sécurité de l’ONU a condamné l’attaque : « Ces attaques délibérées contre les soldats de la paix des Nations Unies sont inacceptables et constituent un crime de guerre« , a déclaré le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres.

L’ADF, Allied Democratic Forces, avec environ 1 200 à 1 500 combattants armés, a lancé une série d’attaques contre des civils en RDC en 2013, forçant des milliers de personnes à fuir vers l’Ouganda et à enlevé ou tué ceux qui tentaient de revenir. « L’ADF était également responsable des attaques brutales contre des femmes et des enfants dans plusieurs villages, y compris des actes de décapitation, de mutilation et de viol« , indique le communiqué. « Au cours des dernières années, l’ADF a augmenté ses effectifs en kidnappant et en recrutant des enfants, âgés de 10 ans, pour devenir des enfants soldats contre le gouvernement ougandais.

L’armée ougandaise a déclaré que les forces congolaises poursuivent les survivants de l’agression qui « errent dans différentes régions du Nord-Kivu« . L’Ouganda a établi des opérations à ses frontières «pour dissuader les terroristes de se faufiler dans notre territoire».
« S’ils tentent d’attaquer nos villages frontaliers, les forces de défense populaire ougandaises n’hésiteront pas à les poursuivre d’où qu’elles viennent« , a déclaré le porte-parole de l’armée ougandaise.