Les touristes scandinaves plébiscitent Agadir

Les vacanciers du Nord de l’Europe ont augmenté leur fréquentation de 13% au Maroc : le résultat d’une politique volontariste auprès des Tour operators. Mais le royaume pourrait être victime de son succès auprès des organisateurs de voyages organisés.

Ce sont de très bons chiffres que vient de livrer l’Office national marocain du Tourisme : sur les sept premiers mois de l’année 2000 la fréquentation touristique des pays scandinaves dans le royaume a augmenté de 12,7% par rapport à la même période de l’année 1999. Quelque 51 726 touristes venus du Nord de l’Europe ont ainsi foulé le sol marocain. Six mille de plus que l’année précédente.

En fait de sol, c’est surtout les plages marocaines qui ont été abondamment pratiquées par les voûtes plantaires de nos joyeux Vikings : 90% d’entre eux ont, en effet, choisi Agadir. Et la période de novembre/décembre pour oublier les rigueurs du climat scandinave dans la plus célèbre des stations balnéaires du pays. Avec ses 10 km de plage de sable doré à l’or fin, un aéroport, les nombreuses infrastructures d’hébergement, les installations sportives et les innombrables boîtes de nuit qui émaillent la ville moderne, la cité blanche peut compter aussi sur un climat encore très doux en hiver. Traduction : baignade possible, farniente ensoleillé et nombre de circuits organisés à l’intérieur des terres plus agréables qu’en été où règne une pénible canicule.

Investissements des pouvoirs publics

Rien d’étonnant donc si les vols en charter pour des escapades ne dépassant pas les 15 jours constituent la majeure partie des séjours touristiques.

Le Maroc cueille les fruits d’une politique volontariste dans la création d’infrastructures. Des investissements ambitieux ont été également réalisés afin de promouvoir la destination marocaine auprès des Tour Operators scandinaves.  » Pour faire connaître notre pays aux touristes du Nord, il faut d’abord travailler auprès des prestataires de voyages qui sont des relais incontournables dans les régions où le tourisme organisé est très fort « , explique-t-on à l’Office national marocain du tourisme. La même source précisant :  » Cela implique des investissements pour des voyages d’études. Puis des financements conjoints afin de promouvoir notre pays en Suède, par exemple. A charge ensuite aux Tour operators de signer des accords avec les compagnies d’aviation ou les chaînes hôtelières « .

Reste que le Maroc est prisonnier de la formule qui a fait son succès.  » Les Scandinaves ont un plus gros pouvoir d’achat que les autres Européens, mais le marché du voyage y est trop structuré. Autrement dit, ils consomment moins que ceux qui pratiquent le tourisme individuel, comme les Français. Ce sont des consommateurs qui débarquent chez nous avec un package programmé. A part le shopping, tout est payé d’avance « , fait-on valoir à l’organisme national de promotion touristique.

Le Maroc essaie donc désormais de valoriser les partenariats avec les  » prescripteurs ». En clair : les agences de voyage seules.