Les touristes reviennent au Kenya

Malgré une très mauvaise publicité pour cause de « menace terroriste » sur son sol, le Kenya semble être encore une destination à la mode. Après une forte baisse de fréquentation enregistrée au printemps, le mois d’août semble prometteur, notamment dans la région de Mombasa.

La chute aura finalement été moins dure que prévue. Malgré une baisse de fréquentation enregistrée ces trois dernières années, l’industrie du tourisme kenyan semble relever la tête. Touché par des attentats en 1998 et 2002, le pays a pâti du climat de frilosité qui touche le tourisme mondial depuis les attentats du 11 septembre et des conséquences de la deuxième guerre du Golfe.

Il a été victime au printemps dernier des mises en garde répétées des ministères des Affaires étrangères américain et britannique envers leurs ressortissants tentés par des vacances kenyanes. Et les professionnels du tourisme se rappellent encore avec angoisse de l’arrêt des vols Londres-Nairobi décrété par la Grande-Bretagne, heureusement levé en juin. Malgré cette très mauvaise publicité, le Kenya reste une destination privilégiée, notamment le long de ses côtes. Ainsi, la puissante Association de tourisme de Mombasa et de la côte (Mombasa and Coast Tourist Association, MCTA), annonce des chiffres plutôt encourageants pour le mois d’août.

Des Belges à Mombasa

« En mai, juin et juillet, le taux d’occupation des lits d’hôtels était tombé à 40% mais ce mois-ci, le taux oscille entre 65 et 75%. Et nous espérons un accroissement encore plus important pour septembre, octobre, novembre et décembre, la période haute », assure Kuldip Sondhi, président de la MCTA. « Nous avons enregistré une forte augmentation des arrivées de touristes depuis le mois de juillet, ce qui montre que ceux-ci ont fait fi des soit-disant menaces terroristes sur notre pays. »

Mombasa, deuxième grande ville du pays après Nairobi, est le centre touristique leader marché. Et même si les touristes anglophones n’ont pas repris en masse le chemin des plages kenyanes, chaque semaine, un charter de Sobel Air en provenance de Belgique amène quelque 270 touristes. Selon un journaliste de The Nation qui a assisté à l’arrivée du vol jeudi dernier, les touristes belges sont « contents de découvrir le Kenya ». « Ils pensent que le terrorisme est un problème global qui peut toucher n’importe quelle contrée du monde et pas seulement notre pays », explique-t-il.

Et même si à la MCTA, on assure « une sécurité complète » pour les visiteurs dans la région, mieux vaut prendre toutes les précautions. Ainsi, les passagers du charter belge ont été accueillis par des officiers de la police anti-terroriste et escortés jusqu’à leur hôtel. Une façon pour le Kenya de montrer combien il prend soin de ses touristes. Le tourisme est l’un des principaux secteurs qui pourvoie le pays en devises étrangères. Il emploie un Kenyan sur quinze.