Les Tomates de la discorde

Younès Moujahid, secrétaire Général du Syndicat National de la Presse Marocaine (SNPM), vient d’obtenir une transaction de son ex-employeur, l’agence espagnole EFE, qu’il avait quittée en 2009 en faisant jouer la clause de conscience, suite à une dépêche à caractère jugé diffamatoire reprenant les propos d’un député du parlement andalou, Juan Manuel Sánchez Gordillo.

Ce dernier avait déclaré que « 80% de l’économie marocaine serait aux mains du roi, dont le commerce illicite de drogue et le traitement de l’immigration clandestine », ce que Y Moujahid a jugé attentatoire à son pays.

Derrière cet échange, il faut en réalité voir un nouvel épisode de la guerre commerciale que se livrent l’Espagne et le Maroc sur la production et la commercialisation de la tomate.

Moujahid, conseillé par Mohammed Idrissi Alami Machichi, ancien ministre de la justice d’Hassan II, avocat respecté du barreau de Rabat, vient d’obtenir de EFE au titre ce cette transaction une somme de 75000 €.
Le Secrétaire général du SNPM a regretté à l’occasion de la conclusion de cette affaire une agressivité un peu trop pérenne à son égard. Moujahid a déclaré qu’il verserait l’intégralité de son indemnisation par EFE à la branche du SNPM au Sahara.