Les télécoms tunisiens s’ouvrent à la concurrence

La première licence GSM privée tunisienne est égyptienne. Elle échoit au groupe Orascom qui devient le premier concurrent de l’opérateur national, Tunisie-télécoms. Les capacités du marché sont estimées à près de trois millions d’abonnés.

Le monopole de Tunisie-télécoms dans la téléphonie mobile est mort. C’est officiel depuis le 11 mai dernier, le groupe égyptien Orascom est le premier opérateur GSM privé à pouvoir opérer en Tunisie. Signé samedi dernier avec les autorités publiques, le contrat, une concession de 15 ans renouvelable pour 5 ans, s’élève à 454 millions de dollars. L’affaire s’avère prometteuse puisque les perspectives de développement dans le pays font état de près de 3 millions d’abonnés à l’horizon 2005.

Quatre petits millions de dollars auront suffi à Orascom pour faire la différence dans les enchères, remportées en mai dernier, face à l’espagnol Telefonica dont l’offre plafonnait à 450 millions de dollars. Restait à l’entreprise égyptienne à s’acquitter du premier des deux virements de 227 millions de dollars auprès de l’Etat tunisien, engagement préalable à toute ratification du contrat.

Un marché en pleine expansion

Après l’Algérie, où Orascom avait décroché la deuxième licence GSM du pays pour 737 millions de dollars (loin devant les 422 millions de France Télécom), la Tunisie est une autre pièce du puzzle stratégique du groupe. Un groupe qui a opéré un recentrage de ses activités africaines sur le Maghreb en se séparant de 80% du géant continental Télécel International, présent dans plus de 12 pays subsahariens. Un boulet financier responsable de 92% des pertes enregistrées par Orascom l’année dernière.

L’Afrique du Nord semble un meilleur parti. Le marché tunisien est en pleine expansion, si bien que l’offre ne suffit pas à la demande. A moyen terme, 3 millions d’usagers sont attendus dans le pays. De bon augure pour Orascom qui opérera en relative tranquillité dans une concurrence à deux dans un paysage cellulaire en plein devenir.

A lire aussi :

Les ambition pharaoniques d’Orascom Telecom.

Les Pharaons gagnent la bataille du mobile en Algérie.

Orascom lâche l’Afrique subsaharienne.

Orascom revoit ses prix à la hausse.