Les taximen de Douala font la chasse aux policiers

Le Regroupement des syndicats des transports urbains et interurbains (Rstui) a mené, le 23 janvier dernier, à Douala, une opération commando contre les contrôles policiers clandestins. Une initiative qu’il compte reproduire mardi, malgré la désaprobation du Préfet du département, qui ne reconnait pas la pratique du racket au sein des forces de l’ordre.

Par Vitraulle Mboungou

Stop aux contrôles clandestins contre les taximen à Douala. C’est le message qu’entend faire passer le Regroupement des syndicats des transports urbains et interurbains (Rstui) aux forces de police et de gendarmerie de la ville camerounaise. Ce collectif des transporteurs s’est formé autour de dix-huit syndicats pour exprimer son exaspération contre ce racket institutionalisé. Ces contrôles ne sont nullement officiels selon le président du Rstui, Thomas Dignou, joint au téléphone. Un arrêté du délégué général à la Sûreté interdit, depuis juillet dernier, les contrôles des taximen avant 18h. Face au « refus obstiné des élément des forces du maintien de l’ordre de se conformer aux décisions de leur hiérarchie », le collectif a décidé de passer à l’action le 23 janvier dernier. Et le combat continue mardi 31 janvier prochain malgré les intimidations, a-t-il indiqué.

Pour le président, la raison de ces contrôles est avant tout financière : « les tarifs pour une amende lors de ces contrôles vont en temps normal de 600 à 3 000 F CFA alors que les policiers réclament des sommes allant jusqu’à 12 000 F CFA pendant leurs contrôles clandestins ». Il espère donc les éradiquer complètement avec ces différentes opérations. « Mon objectif est aujourd’hui d’obliger la police à respecter l’ordre de leur hiérarchie qui n’autorise les contrôles qu’à partir de 18h », a-t-il ajouté. Répondant au préfet du département du Wouri à Douala, Bernard Atebede, qui soutient les policiers et les gendarmes de son département, Thomas Dignou assure avoir vu de ses propres yeux les agissements des forces de l’ordre : « A un moment donné, nous avons détecté des policiers en flagrant délit de contrôle clandestin, ils ont fui en nous apercevant. Il est temps que ces contrôles fictifs cessent ».

« De banals mouvements d’humeur »

Pour Bernard Atebede, les taximen et les syndicats ont beaucoup exagéré cette affaire qu’il considère comme un simple mouvement d’humeur. Selon lui, le phénomène n’est pas si courant. Ce sont les taximen, les syndicats et les médias qui ont amplifié l’affaire. « Les policiers dont il est question, sont des ‘brebis galeuses’ comme il en existe partout, il ne faut surtout pas généraliser », a-t-il indiqué à Afrik lors d’un entretien téléphonique. Concernant l’action du Rstui, il a affirmé maîtriser complètement la situation. En tout cas, il ne reconnait pas l’arrêté d’interdiction de contrôles policiers pris, l’été dernier, par le délégué général à la Sûreté nationale, Edgard Alain Mebe Ngo’o, qui stigmatisait une réalité concrète.

Les contrôles clandestins sont l’un des principaux griefs exprimés de façon récurrente par les transporteurs et les ont déjà amenés à faire grève. Le préfet ne veut rien entendre. « Les policiers incriminés ne font que leur travail en contrôlant ces taximen souvent hors la loi », explique-t-il. « Ces taximen ne sont jamais en règle, ils travaillent dans l’illégalité la plus totale, pas de papiers officiels, des taxis surchargés… » Une situation ubuesque où la question de l’autorité, qui de l’Etat, qui du préfet, se pose en plein. Toujours est-il que les policiers indélicats n’auront, mardi, qu’à bien se tenir. Car ils risquent d’avoir maille à partir avec la « milice » syndicale qui écumera Douala.