Les rosicruciens sont-ils des chrétiens ?

Les membres de l’Ordre de la Rose-Croix fondé par Max Heindel en 1909 ont organisé jeudi dernier, à Libreville, une journée d’informations au cours laquelle ils ont présenté la mission de cet Ordre au public. Cette journée a été ponctuée également par des exposés sur les thèmes du pardon et de la tolérance, la rémission des péchés, et la mort mystique de Jésus sur la croix. L’Ordre de la Rose-Croix est controversé au Gabon.

Notre correspondant à Libreville

Dès l’entame les organisateurs ont tenu à préciser que l’Ordre de la Rose-Croix Max Heindel « N’est pas une secte ou une religion mais, une grande école de pensée qui voudrait faire du christianisme un facteur vivant dans le monde ». A travers les différents exposés les rosicruciens ont essayé de rapprocher leurs enseignements du christianisme primaire et ont regretté que la doctrine de Jésus ne soit malheureusement pas comprise et pratiquée jusqu’à ce jour. Pour eux sans nul doute, « La croix du Christ n’appartient à personne sinon à ceux qui font sa volonté quelque soit le nom qui permet de les distinguer »

Une idée qui ne passe pas dans l’opinion de nombreux gabonais qui estiment que « La Rose-Croix est incompatible avec le christianisme et que les Rose-Croix sont pointés du doigt au Gabon à côté des Franc-maçon pour être responsables des crimes-rituels et autres acte de magie noire ». .Mais le secrétaire général de l’ordre rosicruciens Max Heindel Candide Foli, sans trop céder aux querelles de chapelle a tenu à préciser que « La magie noire est strictement déconseillée par les Rose-Croix et que Jésus-Christ est l’idéal de tout bon rosicrucien »

Par ailleurs l’esprit de tolérance, a-t-il rappelé « Commande qu’on respecte les croyances des autres. Nous ne croyons pas détenir toute la vérité et pensons qu’elle a plusieurs faces et sa recherche éternelle. Platon a eu une fin de carrière pénible pour avoir affirmé cela. Nous assumons nos enseignements et tenons à dire qu’ils ne sont pas incompatibles avec l’idée du bien et du vrai telle que enseignée par Jésus de son vivant »

« La mission de la Rose-Croix est de préparer l’avènement d’une nouvelle classe d’hommes et de femmes capable de vivre en paix malgré les différences de religion, de culture et de race, respectant la nature et les lois de la vie. Cela passe nécessairement par des expériences et l’acquisition des connaissances qui satisfont l’intellect et le cœur » pouvait-on lire sur les brochures distribuées à l’occasion. « La tolérance, l’amour de la liberté, le discernement, le travail, le mérite et le service sont des qualités que nous cherchons à développer » rapportent les mêmes brochures.

Répondant à la rumeur selon laquelle, les rosicruciens font des sacrifices humains, l’ancien président du centre rosicrucien de Libreville déclare « Vivre et laisser vivre est l’un des principes de base de la morale rosicrucienne. Beaucoup de rosicruciens sont végétariens et sont engagés dans les mouvements écologiques pour défendre l’Homme, la vie, la terre et les animaux. Comment celui qui ne peut tuer un animal tuera t-il son frère en humanité ? »

Une bonne partie de l’opinion gabonaise reste méfiante voire hostile à l’Ordre

Les organisateurs de cette journée rosicrucienne ont tenu à rompre le silence et estiment que la philosophie rosicrucienne doit participer à l’éveil de la conscience au Gabon et en Afrique en suscitant de nouveaux réflexes débarrassés des préjugés, des dogmes et du fatalisme. Cette philosophie se retrouve dans les grandes lignes du christianisme même si les rosicruciens reconnaissent que « La bible n’est pas d’un bout à l’autre la parole de Dieu et qu’elle a été écrite à l’origine par les initiés et pour les initiés» ». Il faut donc se préserver des mauvaises interprétations qui amènent souvent le lecteur mal avisé à « Prendre les habits de la doctrine pour la doctrine elle-même »

Cette journée d’information ne suffira certainement pas pour faire tomber les préjugés et faire accepter la philosophie rosicrucienne à une grande partie de la population gabonaise qui fréquente les églises chrétiennes et dont les pasteurs tiennent régulièrement les discours anti-rosicruciens dans les chapelles et les chaines de télévision nationale. Mais, il reste à prouver par le mouvement anti rose-croix que cette organisation est vraiment dangereuse, et ce qui selon Guy Germain Nziengui, membre de ce mouvement spirituel n’est jamais fait en dehors des joutes doctrinales qui divisent et perpétuent l’obscurantisme au Gabon.

Une autre partie de l’opinion moins critique estime que les écoles rosicruciennes entretiennent et perpétuent les dictatures en Afrique en se positionnant à contre courant de l’histoire. « Les rosicruciens et les franc-maçons de l’Occident ont participé au développement et la libération de leurs peuples mais, ceux du continent font de la complaisance avec les dictateurs et ne font rien pour le décollage de l’Afrique alors qu’il semble même que les écoles de lumière sont nées en Afrique notamment en Egypte » a regretté une jeune gabonaise