Les rois du Bénin se font la guerre

Guerre des chefs au sein du conseil national de la chefferie traditionnelle.

Le torchon brûle au sein du Conseil national des rois et altesses du Bénin. Dimanche, une quarantaine de têtes couronnées de ce haut organe de la chefferie traditionnelle se sont réunies au cours d’un mini-sommet, pour décréter son auto-dissolution. Selon l’agence PANA, les monarques ont justifié leur décision par  » l’utilisation de leur notoriété  » à des fins électorales. Ils ont également mis en place un comité de crise qui gérera les affaires courantes jusqu’au prochain sommet de septembre.

Conflit de légitimité

Un coup de poignard dans le dos d’Olofindji Akandé, secrétaire général du conseil des rois, qui a déclaré qu’il n’avait pas été informé ni de cette réunion, ni de la décision qui y a été prise. Olofondji Akandé a par ailleurs nié la légitimité de cette dissolution arguant qu’elle ne saurait être prise sans son aval et celui de tous les membres du conseil.

La crise couve au sein du Conseil national des rois et altesses depuis que ce roi de la chefferie traditionnelle, également ingénieur agronome, a été officiellement désigné à Kétou (140 km au nord-est de Cotonou ) par certains membres du conseil d’administration des rois du Bénin, comme son candidat à l’élection présidentielle du 4 mars 2001, remportée par Mathieu Kérékou.

Or cette candidature n’a pas fait l’unanimité du conseil, nombre de monarques ayant appelé à voter pour d’autres candidats.

Lire aussi : Les rois d’Afrique en scène