Les rebelles tchadiens déclarent la guerre à la France

Les rebelles de l’Union des forces pour la démocratie et le développement (UFDD) ont annoncé, vendredi, être en « état de guerre » contre l’armée française et les autres forces étrangères présentes au Tchad. Ils accusent Paris d’apporter un soutien stratégique au régime d’Idriss Déby Itno.

« Dorénavant l’UFDD (Union des forces pour la démocratie et le développement, ndlr) se considère en état de belligérance contre l’armée française ou toute autre force étrangère sur le territoire national » a déclaré, vendredi, le porte-parole du mouvement rebelle, Mahamat Hassane Boulmaye dans un communiqué adressé à Reuters. Les opposants au régime de N’Djamena reprochent aux appareils de l’armée de l’air française de « survoler » leurs positions. Depuis le week-end dernier, de violents combats opposent l’armée tchadienne et les rebelles dans l’Est du Tchad, mettant fin au cessez-le-feu conclu, le 25 octobre dernier, à Syrte, en Libye.

Les opposants au régime tchadien s’en prennent à Paris

Une fois de plus, les rebelles tchadiens ont accusé la France de soutenir le président tchadien. Selon l’UFDD, « apporter un appui diplomatique, stratégique et logistique au tyran Idriss Déby est un acte d’hostilité ». Depuis 1986, la France a déployé au Tchad le dispositif Epervier, doté de 1 100 hommes et d’avions, dont des appareils de reconnaissance et des chasseurs Mirage F1.

L’annonce de l’UFDD intervient alors que l’Union européenne, à l’initiative de la France, se prépare à envoyer 3 500 hommes dans l’Est du pays, à la frontière du Tchad et de la Centrafrique. La force européenne Eufor, mandatée par les Nations unies a pour mission de sécuriser les camps de réfugiés soudanais qui ont fui la guerre civile au Darfour. En dépit des déclarations des rebelles de l’UFDD, le président français Nicolas Sarkozy a confirmé, ce vendredi, le déploiement d’Eufor qui est prévu dans les semaines à venir.

 Lire aussi : [« Les violences à l’est du Tchad sont dues au régime Déby »

 >http://www.afrik.com/article10693.html]