Les prostituées ougandaises se révoltent

Les travailleuses du sexe en Ouganda ont fustigé les chefs religieux qui ont condamné leur commerce, mais échoué à encourager des programmes et des projets visant à lutter contre le chômage et la pauvreté dans le pays.

Les prostituées ougandaises ont exprimé leur colère, la semaine dernière, après que Henry Luke Orombi, archevêque anglican d’Ouganda, a demandé aux policiers d’arrêter les hommes qui paient pour des relations sexuelles.

S’adressant aux jeunes dans la cathédrale St Peters, dans le district de Bushenyi, à l’ouest du pays, M. Orombi a déclaré que «la police ne devrait pas seulement arrêter les femmes, mais aussi les clients», soutenant que s’il n’y avait pas d’hommes sollicitant les jeunes filles, qui sont majoritairement des étudiantes de l’université, il n’y aurait pas de prostitution.

Mais les prostituées ont condamné le primat de l’église et l’ont accusé d’ingérence dans leurs affaires. Macklean Kyomya, qui dirige également une organisation appelée Women’s Network Organisation pour la promotion des droits humains (WONETHA), a déclaré : «Nous nous opposons fermement à la criminalisation du travail sexuel entre adultes consentants, sous toutes ses formes qu’ elle vise le client qui demande le service, le fournisseur du service sexuel, ou les deux parties». Et d’ajouter que «la criminalisation de travailleurs du sexe vulnérable amène à la discrimination, à la stigmatisation, la violence et les abus sexuels, l’exploitation et l’extorsion de fonds».

Selon Macklean Kyoma, les travailleuses du sexe doivent avoir le droit de travailler dans un environnement sûr plutôt que d’être stigmatisées. Janet Nakatte Nabyanzi, un coordonnateur des travailleuses du sexe à Kampala, est également critique envers les leaders religieux. «Les dirigeants religieux n’ont rien fait pour aider les jeunes chômeurs dans le pays. Ils devraient nous laisser travailler pour notre survie» dit-elle.