Les préservatifs au café séduisent l’Ethiopie

Le préservatif au café hors emballage

Les préservatifs au café que DKT International a lancés en Ethiopie pour combattre le sida connaissent un certain succès. Les magasins du pays ont déjà vendu plus de 650 000 condoms parfumés au macchiato, une sorte d’expresso. L’organisation américaine espère que son produit permettra de démocratiser le port du préservatif.

Odeur café, que j’aime ton odeur café… Si les Ethiopiens parlaient français, ils pourraient remixer « Couleur Café », le tube de Serge Gainsbourg. Pas pour parler d’une femme, mais d’un préservatif. DKT International a en effet lancé, fin septembre, un condom parfumé au café. « Les préservatifs parfumés existent depuis plusieurs années maintenant, mais nous cherchions à développer quelque chose de spécial pour l’Ethiopie, où le café a été découvert », nous explique Andrew Piller, directeur de la branche éthiopienne de l’organisation non lucrative américaine.

25 échantillons, un élu

Pour fabriquer ce préservatif, qui a une couleur marron, il aura fallu un an. « Nous avons testé 25 échantillons avec des gens dans la ville. Lorsque nous avons arrêté la senteur qui avait le plus de succès, nous avons fait fabriquer le produit en Thaïlande », précise Andrew Piller. L’odeur finalement retenue, et reproduite chimiquement, est celle du macchiato, un expresso très crémeux et sucré dont les locaux sont très friands. En se rapprochant culturellement du premier producteur de café du Continent, DKT espérait donner envie aux Ethiopiens de revêtir la protection en latex avant l’amour.

Une façon originale de combattre le sida, qui concerne officiellement 2,1% de la population – et plus de 7% dans la capitale Addis-Abeba. « L’idée est que les gens qui n’ont jamais porté de préservatif aient envie de l’essayer, souligne Andrew Piller. Notre cible sont les jeunes hommes et les hommes qui ont de l’argent qui sont sexuellement actifs car l’une des recherches du gouvernement indique que ce sont eux qui ont une sexualité à risque. »

650 000 condoms vendus

Selon les chiffres de fin octobre, les Ethiopiens ont acheté quelque 650 000 préservatifs senteur café dans les magasins du pays qui les commercialisent. Quelque 300 000 ont même été écoulés pendant la semaine de lancement. Le produit se vend à 1 birr les trois, soit 5 centimes d’euro – bien moins chers que les préservatifs d’autres marques. Le président de DKT International explique que les retours sont « pour la plupart positifs. Nous n’avons pas reçu de plaintes. Certains ont exprimés des critiques concernant notre initiative, mais nous nous y attendions ».

La contestation vient notamment des religieux qui prônent plutôt l’abstinence pour faire reculer l’épidémie de sida. Mesfin, un habitant d’Addis-Abeba de 37 ans, n’a rien contre le préservatif au café. Marié, et très amoureux de sa femme, il estime que l’initiative peut participer à faire comprendre l’importance de se protéger lors des rapports sexuels. Il émet cependant certaines réserves. « Ce préservatif va provoquer une curiosité. Mais je ne suis pas sûr que cela va déboucher sur une utilisation concrète. Il faut accompagner cette initiative d’une campagne explicative, sinon je crains que l’intérêt retombe », souligne ce père de famille, qui reconnaît avoir appris l’existence du nouveau condom un peu par hasard.

Préservatif au maïs doux

Mais, au final, pourquoi parfumer un préservatif ? C’est la conséquence de récriminations des utilisateurs de préservatifs et de ceux qui le boudent. En Ethiopie et ailleurs. « Des études montrent que l’excuse la plus courante pour ne pas le porter est que cela prend du temps, ce qui rend les hommes nerveux. Une autre raison avancée est que l’odeur du latex déplaît », commente Andrew Piller. D’où les préservatifs que l’on trouve dans le monde à la banane, aux fruits exotiques, à la fraise ou encore au chocolat.

DKT n’en est d’ailleurs pas à son coup d’essai en matière de condoms « senteur locale ». Elle a créé en Indonésie un préservatif au durian, un fruit dont la chair est savoureuse mais dont l’odeur est très incommodante. Une idée pour le moins surprenante… En Chine, l’organisation a mis sur le marché un condom aux effluves de maïs doux… A quand le préservatif au manioc ?