Les politiciens africains de plus en plus accros à Twitter

Selon une étude qui a été menée par l’agence américaine Burson-Marsteller, baptisée Twiplomacy 2013, sur l’activité des dirigeants mondiaux sur Twitter, les politiciens africains deviennent de plus en plus accros aux réseaux sociaux. Sur cette liste, on trouve des hauts dirigeants, dont le président rwandais, Paul Kagamé, et le Pemier ministre ougandais, Amama Mbabazi.

C’est devenu un élément de communication incontournable. Depuis l’élection présidentielle américaine de 2008, qui a propulsé Obama à la Maison blanche, nombreux dirigeants ont compris l’utilité du réseau social dans la communication. Au point d’en devenir de véritables mordus pour certains. Sur Twitter, les leaders africains font office de tête de liste, parmi les dirigeants les plus accros à l’outil. Le dirigeant le plus conversationnel dans le monde entier, est africain. Plus fort que les américains. Il s’agit du Premier ministre ougandais, Amama Mbabazi. Une manière pour ces twittos d’être plus proche du peuple, mais aussi d’afficher un autre visage que celui d’un politicien éprouvé dans sa mission. Twiplomacy, du nom de l’étude réalisée par l’agence américaine, Burson-Marsteller, a pris en compte 505 dirigeants internationaux (chefs d’Etat, Premier ministres, Chefs de la diplomatie, leaders religieux…)

Les plus populaires sur Twitter ne sont pas forcément les plus aimés

A l’image de Paul Kagamé, le Président rwandais, qui reste parmi les plus suivis par les twittos – alors qu’il est l’un des dirigeants les plus contestés – les plus bavards sur Twitter ne sont pas forcément les plus aimés. Mais l’outil de réseau social, est devenu un élément communicatif, pour défendre, louer sa politique, et parfois distraire les internautes. En 2012, certaines célébrités mondiales, à l’image de Bill Gates, Lady Gaga, Oprah Winfrey, Rihanna ou encore Justin Bierber, ont eu droit à une interpellation de la part de l’Ougandais. Les stars s’étaient alors impliquées dans la campagne virale menée par Invisible Children « Kony 2012 » – pour l’arrestation de Joseph Kony, reconnu responsable de crimes et enlèvements d’enfants. Comme réponse, le chef du gouvernement ougandais les a juste invités à venir visiter son pays pour mieux le connaître. Il affichait alors sur Twitter « Kony n’est pas en Ouganda ».
Entre 82 et 88% de tweets envoyés par ces dirigeants africains sont des réponses aux autres utilisateurs. C’est aussi un moyen direct et rapide pour ces politiciens d’imposer leurs conceptions. A l’image de Paul Kagamé, qui a récemment répondu violemment aux accusations de l’Organisation humanitaire, Human Rights Watch, selon lesquelles les rebelles, soutenus par le Rwanda, auraient exécuté 44 personnes dans l’est de la République Démocratique du Congo (RDC). Le Président rwandais, a invité Human Rigts Watch et certaines personnes, comme la star Mia Farrow, qui avait relayé l’information, à s’occuper de leurs problèmes, affirmant qu’ils ont tout à fait tort sur ces accusations.
Sur la liste des dirigeants africains les plus populaires, on trouve Jacob Zuma (Président Sud-africain), Uhuru Kenyatta (Président du Kenya), Moncef Marzouki (Président de la République tunisienne), Paul Kagamé (Chef d’Etat ougandais) et Jakaya Kikwete (Président de la Tanzanie).

La politique twittos

D’autres personnages, comme la chef de la diplomatie kényane, Amina Mohamed, qui a rejoint le réseau social en avril 2013, détient le meilleur score en termes d’activités sur Twitter ; soit 12,2 tweets en moyenne par jour. Son homologue éthiopien, Tedros Adhanom Ghebreyesus est à 8,5 et le chef du gouvernement rwandais, Pierre-Damien Habumuremyi, à 8,4. L’étude Twiplomacy 2013, note aussi qu’aujourd’hui, 71% des leaders politiques africains sont actifs sur Twitter. « Mais certains dirigeants du continent utilisent de plus en plus le réseau social uniquement à des fins électorales et les comptes s’arrêtent une fois qu’ils sont élus », a informé Matthias Lüfkens, Directeur de l’expertise digitale de Burson-Marsteller.
Sur l’ensemble du continent, @PresidenceMali (pour l’élection présidentielle au Mali), est le compte le mieux connecté. Il enregistre 12 connexions mutuelles avec d’autres institutions et leaders en Afrique et dans le monde. Il suit et est suivi par l’Elysée, la Présidence sénégalaise, celle du Burkina Faso, ainsi que celle de la Côte d’Ivoire, entre autres.