Les Pharaons en conquérants

Si l’Egypte a raté de peu sa qualification à la Coupe du monde, elle entend se rattraper sans faute durant la Coupe d’Afrique des nations. Les Pharaons veulent revenir au Caire avec le sacre africain. Ils l’ont promis à leur public.

Les Pharaons auraient préféré un hors d’oeuvre plus digeste. Manque de chance, ils devront affronter, dès le 20 janvier, l’équipe montante du moment : le Sénégal. Les Lions font figure de sérieux prétendants au titre. Eliminés pour la troisième consécutive de la Coupe du monde, les Egyptiens ont promis à leur public de revenir auréolés du titre africain. Pourtant, le tirage au sort n’a pas été très clément avec eux. En plus du Sénégal, ils auront en face d’eux les ambitieux Tunisiens et les modestes Zambiens. La presse égyptienne est sceptique quant aux ambitions des Pharaons. Elle n’arrête pas de railler les résultats des matchs préparatoires de la sélection égyptienne.  » Les résultats des matchs de préparation ne sont pas importants. Ce qui m’intéresse, ce sont les leçons que l’on a pu tirer de ces expériences, et appliquer de nouvelles tactiques « , rétorque le sélectionneur, Mahmoud Al-Gohari.

Les Pharaons sont vieux

Si l’attaque égyptienne est impressionnante, sa défense est très perméable. Au cours des cinq dernières rencontres amicales, les filets égyptiens ont tremblé par sept fois. Ce qui inaugure plutôt mal ses rencontres avec les Lions et les Aigles de Carthage, réputés pour leurs qualités offensives. Le libéro Ibrahim et le stoppeur Abdel-Zaher Al-Saqqa risquent de faire les frais des derniers réajustements d’Al Gohari. Autre grande inconnue qui donne des sueurs froides au public égyptien et au sélectionneur : la santé de Hossam Hassan. Le détenteur du recors monde des sélections en équipe nationale (158) est, à deux jours du coup d’envoi de la CAN, très incertain. Il ne figurera pas sur la feuille de terrain lors des premiers matchs.  » Je ne refuserai jamais rien à Al-Gohary mais nous devrons attendre de voir si je suis rétabli pour la CAN », se désole la star égyptienne, 35 ans.

Le sélectionneur, qui a décidé d’arrêter sa carrière après la CAN, veut se retirer en apothéose.  » Je suis sûr que mes joueurs vont faire leur maximum pour me récompenser après deux ans de travail « , se motive Al-Gohary. Le match contre le Sénégal donnera une idée de la forme des Pharaons.