Les pays arabes font leur cinéma

La cinquième biennale des cinémas arabes de Paris ouvre ses portes vendredi. Un zoom exhaustif sur les productions du cru, avec une centaine de réalisations présentées au public parisien.

La cinquième biennale des cinémas arabes aura lieu à Paris, du 30 juin au 9 juillet sur l’initiative de l’Institut du monde arabe.

Au menu : un hommage à la Cinémathèque algérienne, un gros plan sur la production cinématographique et télévisuelle des pays du Golfe, une nuit du cinéma consacrée aux comiques égyptiens… En tout une centaine de films et de documentaires seront présentés tant dans les salles de l’IMA qu’au cinéma Grand Action, sous la présidence honorifique de l’acteur Omar Sharif.

Mais le point d’orgue de cette manifestation reste la compétition réservée aux longs et courts métrages, fictions et documentaires produits au cours de ces deux dernières années.

Le jury de la section fiction devra choisir entre treize films nominés : Les diseurs de vérité, Le Harem de Mme Osmane des Algériens Karim Traïdia et Nadir Moknèche. Ruses de femmes, de Farida Benlyazi et Tresses de Jillali Ferhati, représenteront le Maroc.

Les cinémas tunisiens, soudanais et syriens seront incarnés respectivement par La saison des hommes, de Moufida Tlatli, La Baraka du Cheikh, de Gadallah Gubara, Le Souffle de l’âme et La Terre des étrangers d’Abdellatif Abel Hamid et de Samir Zikra.

Le cinéma égyptien à l’honneur

Mais le pays qui envoie le plus de représentants reste l’Egypte, fidèle à sa réputation de géant arabe du cinéma. Pas moins de cinq films des rives du Nil vont être projetés : Les Années-Lycées, de Mohamed Abou Seif, Le Paradis des anges déchus, de Oussama Fawzi, Les Portes fermées, d’Atef Hatata et la Terre de la peur, de Daoub Abdel Sayed. Les Amoureux, de Nour el-Chérif, présenté hors compétition, viendra clore les festivités.

Le Grand Prix IMA du long métrage, décerné au meilleur réalisateur, consiste en une somme de 50 000 FF versés au lauréat. Il touchera également 40 000 FF au titre de l’aide IMA à la distribution, pour contribuer à la sortie du film en France.